Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 décembre 2020 2 15 /12 /décembre /2020 07:00

Jean Rochefort était un comédien capable du meilleur. Je tiens ses compositions dans deux films de Patrice Leconte "Tandem" et "Ridicule" pour d'authentiques exceptions.

Rarement il a été aussi bon et convaincant.

J'ai déjà longuement parlé de ce superbe film qu'est "Ridicule" pour y revenir et pourtant.. chaque visionnage apporte de nouvelles sensations sans que la lassitude ne gagne jamais.

Parlons donc de "Tandem" dans lequel Jugnot et lui sont exceptionnels de justesse. Le film s'inspire du "Jeu des 1000 francs" (puis 1000 €) de France Inter dont la longévité est déjà en soi un exploit. Il s'agit d'un Quiz de connaissances générales allant de questions (posées par des auditeurs) faciles à plus difficiles en un temps défini.
C'est bon enfant, un peu "franchouillard" et sans doute le fait que ça ne soit pas cher à réaliser est le meilleur atout de ce jeu qui a usé deux ou trois présentateurs dont l'étonnant Lucien Jeunesse.

Rochefort est donc l'animateur -fatigué- de ce jeu dont tout le monde se moque au point qu'il va être retiré de l'antenne. Il fait ce job depuis la nuit des temps et sa santé se dégrade. Il a des absences et son adjoint et factotum qui l'accompagne et le protège depuis des lustres le voit. Un jour ce dernier apprend la nouvelle officielle de la fin de l'émission et décide de la cacher à l'animateur. De la cacher par tous les moyens.

Il y a des splendeurs scénaristiques et des absurdités remarquables dans l'histoire: il faut voir Jugnot redouter des "gros chiens rouges" traversant l'autoroute ou des cyclistes projeter leur bicyclette du pont qui enjambe l'autoroute, les hôtels miteux dans lesquels ils s'arrêtent pour "récupérer" l'argent que Rochefort détourne pour le casino ou des menus plaisirs assez peu blâmables, il faut voir la colère d'anthologie de Rochefort face aux Français qui pique-niquent au bord de la route, les appels téléphoniques amoureux de Rochefort (en fait un malaise révélera à Jugnot qu'il n'a pas d'interlocutrice) et surtout le dîner avec la bourgeoisie locale (élus inclus) pitoyable. Jean-Claude Dreyfus compose un crétin d'anthologie. Tout y est tellement bien qu'on est certain de la vérité des scènes.

Rochefort est pathétique juste ce qu'il faut. Il se teint la moustache, il surjoue la gaîté mais il sait la petitesse de sa vie et a compris que le jeu va s'arrêter. Dans la scène où une femme divorcée (Sylvie Granotier) pense lui faire la leçon et qu'il renvoie fermement il est absolument remarquable. Un "Seigneur" comme il le dira plus tard!

On comprend, tout au long du film, qu'il est sans doute le pire juge de sa propre vie.

Gérard Jugnot est humain, un peu minable mais "gentil". Il accepte son rôle subalterne dans la vie et le ratage de celle-ci. Il ira plus bas encore (inoubliable scène de l'animation de supermarché) tout en conservant une part d'humanité.

C'est simple, c'est juste, c'est une vraie réussite du cinéma d'avant, avant que le cynisme ne s'infiltre partout.

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires