Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 janvier 2022 4 06 /01 /janvier /2022 07:00

J'ai vu quelques images d'un film à sortir ("bientôt sur vos écrans") avec Gilles Lellouche et Daniel Auteuil. "Adieu Monsieur Haffmann" de Fred Cavayé est adapté d'une pièce de théâtre à succès. Avec cette minute et demie de film j'en ai vu assez pour n'avoir aucune envie de voir ce film. L'action se passe en 1940 (oui, "encore!"), un Juif doit faire confiance à un non-Juif (oui, "encore!")...

Comme toujours dans le cinéma français un rôle est attribué à une fille ou à un fils de ... ici Sara Giraudeau, fille de Anny Duperey et Bernard Giraudeau. Je ne doute pas un instant qu'elle est géniale et qu'elle crève l'écran mais...

Les reconstitutions de la France de Pétain j'en ai vu jusqu'à l’écœurement. Fera t'on mieux, sur cette période,  que l'adaptation de "la traversée de Paris" de Claude Autant-Lara (1956), adaptation d'un texte de Marcel Aymé?

Que ce soit en mode tragique ("Lacombe Lucien" (1975), "Au revoir les enfants"(1987) tous les deux de Louis Malle, "Fortunat" (1960) de Alex Joffé), en mode bon enfant ("Monsieur Batignole"(2001), comique ("La grande vadrouille"(1966) de Gérard Oury ou même en farce ("Papy fait de la résistance"(1983) de Jean-Marie Poiré tout, absolument tout a été fait sur cette période peu reluisante qu'on semble avoir du mal à exorciser si longtemps après. Il semble pourtant que tout a été dit, écrit et filmé sur ces années noires et des films comme "les guichets du Louvre"(1974) de Michel Mitrani ou "Le silence de la mer" (1947) de Jean-Pierre Melville ont démontré qu'on pouvait le faire en évitant la caricature ou l'imposture. J'oubliais l'académisme avec "Marie-Octobre" (1959) de Julien Duvivier toujours dans le film d'occupation.

Notre cinéma se meurt par manque d'imagination. Manque de comédien-ne-s vraiment originaux et apportant un renouveau, metteurs en scène sans imagination, scénarios et mises en scène laborieuses. Rien n'est épargné à des spectateurs à qui, il est vrai, on fait passer "Le dernier métro" (1980) de Truffaut pour un chef d’œuvre et qui l'accepte sans broncher.

Sans faire de recherche je retrouve "le jour et l'heure", "L'armée des ombres", "Monsieur Klein", "la Rafle" qui traitent tous les 4 de cette période. Je suis persuadé que la liste est encore longue de ces films bonne (ou mauvaise) conscience ("Lucie Aubrac") qui ont popularisé en l'illustrant jusqu'à la caricature la décision politique -tenant de l'uchronie- de voir en la France de 40 non celle de "40 millions de pétainistes" mais une nation résistante et héroïque.

Plus on avance dans le temps et plus nous aurions été glorieux...

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Les bonnes feuilles du Poirier
  • : Le blog d'un Toulousain très critique sur l'actualité, et vachement calé en histoire en plus.
  • Contact

Stats

Visiteurs Uniques depuis le 22 Mars 2013
(18274 Visiteurs Uniques depuis sa création)

 

Il y a    personne(s) sur ce blog

 

Blog créé le 8 Décembre 2009

Pages