Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 octobre 2015 5 09 /10 /octobre /2015 06:32

Victime d'insomnie naturelle après un léger décalage horaire j'ai regardé dans la nuit de lundi à mardi, sur FR3 un beau documentaire sur Versailles.
Un texte sobre lu par Lambert Wilson donnait des compléments d'informations à de très belles images du château, de ses dépendances et de ses jardins.

De nombreux intervenants donnaient un point de vue souvent intéressant et même l'emphatique et ennuyeux car tellement convenu Valery Giscard, ex président, était moins pénible que d'habitude. (il fallait voir ce document d'époque où, chef de l'état, il recevait le Shah d'Iran et l'impératrice dans lequel sa femme, Anne-Aymone était attifée comme une duchesse de roman à l'eau de rose, plus hiératique que l'impératrice elle-même...)

Il était question du château, des travaux d'entretien et de son histoire mais aussi de politique avec les évènements marquants qui s'y étaient déroulés jadis et naguère.
Il fut longuement question du sommet de Versailles (1982) pendant lequel François Mitterrand accueillit les principaux chefs d'états du G7 en se réservant une place d'honneur.

Tout cela, bien qu'intéressant, ronronnait un peu jusqu'à ce que le larbin préféré de Mitterrand, l'ineffable Jacques Attali, l'air gourmand, nous révèle que parmi les mille invités François Mitterrand avait tenu à ce que sa maîtresse et mère de sa fille, Anne Pingeot soit présente mais placée de telle manière que l'épouse légitime du président, Danièle Mitterrand, ne puisse la voir ni en entrant ni en sortant de table.
On était dans le vaudeville et le minable et notre "sherpa" présidentiel, habillé comme le garde-chasse de Lady Chatterley, prenait un immense plaisir à raconter ce secret d'alcôve bien crapoteux.

Et ça se donne en exemple et en guide spirituel! juste bon à organiser des sauteries pour son maître.

Je me souviens que cette baudruche avait un jour, dans l'Express, dénoncé la connivence entre le showbiz et certains politiques. N'y tenant plus je lui avais adressé un mail lui rappelant sa proximité avec Coluche et l'ahurissant "Adieu, ma poule" qu'il avait prononcé aux obsèques du comique. Il m'avait répondu, sec et méprisant: "cela n'a rien à voir, c'était un ami". Attali et Coluche. Amis. c'est à se tenir les côtes!

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Les bonnes feuilles du Poirier
  • : Le blog d'un Toulousain très critique sur l'actualité, et vachement calé en histoire en plus.
  • Contact

Stats

Visiteurs Uniques depuis le 22 Mars 2013
(18274 Visiteurs Uniques depuis sa création)

 

Il y a    personne(s) sur ce blog

 

Blog créé le 8 Décembre 2009

Pages