Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 mai 2016 2 31 /05 /mai /2016 06:40

Tout le monde se souvient de ce bon film "Un jour sans fin" dans lequel Bill Murray est condamné à revivre la même journée un grand nombre de fois.

Nous autres, Français impuissants, sommes comme l'acteur américain, condamnés à supporter, à perpétuité, les mêmes évènements ou non-évènements sans qu'il nous soit possible de nous réveiller et de stopper ce supplice.

Dans le désordre il y a l'interruption des Césars par les intermittents en colère, la candidature de Sarkozy, Roland Garros, le palmarès du festival de Cannes, la sortie d'alcoolisme concomitante avec celle du dernier CD de Renaud, l'augmentation des péages routiers, l'arrivée du Beaujolais nouveau, la sortie du nouveau livre de Michel Onfray et celle du dernier Ormesson, la nouvelle mouture de "Camping" et du "Cœur des hommes", le parcours du "Tour de France", l'embargo des raffineries de pétrole, le nouveau combat de Bernard-Henry et une nouvelle avanie publique d'Alain Finkielkraut, de nouvelles vacheries proférées par Martine Aubry, des sondages abyssaux pour Hollande et un préavis de grève chez Air France.

Gardons nous d'oublier le défilé du 14 juillet, l'arrivée du nouvel I-Phone et le reportage sur ceux qui ont dormi dehors pour être les premiers servis, la ruée vers les soldes, les 8 films annuels de Catherine Deneuve et/ou Gérard Depardieu dans lesquels ils sont éblouissants, la grille de rentrée de Canal+ et l'arrivée précoce des gelées blanches.

Enfer! j'ai oublié la tournée de Johnny et la seizième tentative de retour de Loana!

Comme Murray dans "le jour sans fin" mais sans la marmotte et le copain d'école j'aimerais être réveillé par Sonny & Cher au son de "I got you baby" et comprendre que le cauchemar est terminé.

Partager cet article

Repost0

commentaires