Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 août 2017 2 22 /08 /août /2017 07:00

Nous sommes un peuple touristique très particulier et, reconnaissons-le, assez pénible.
A l'étranger nous identifions toujours le compatriote au bruit qu'il fait et à ses manières peu discrètes de se fondre dans les foules. Le premier contact avec notre pays, lorsque l'on rentre d'un voyage lointain, est presque toujours lié à l'indiscipline, l'agitation ou les récriminations d'un Français.

Autres traits spécifiques de notre caractère national: le chauvinisme ("oui il est bien ce téléphérique, il rappelle celui de Montmartre"), la critique ("que c'est mal organisé!"), l'indiscipline, l'art de la resquille, la pratique de la comparaison à outrance ("chez nous.....") et, naturellement, une méconnaissance abyssale de la langue des pays que nous visitons (pardon, "qu'on fait" car les Français "font" le Portugal ou la Grèce) mais même de l'anglais ("y'a pas de carte en Français?") comme des particularismes régionaux ("une seule file d'attente? c'est nul").

Nous parlons fort, nous sommes exigeants avec les autres, nous sommes radins, nous nous prenons pour un "grand" pays et minimisons ceux que nous traversons ("Oui, Lisbonne c'est pas mal") quand nous ne les traitons pas comme des sous-développés ("Il y a même un office de tourisme ici".

Nous sommes difficilement transposables parce que nous ne mangeons que ce que nous connaissons déjà ("les supions, je les préfère à la provençale"), suspicieux ("Banco do Brazil, je peux faire un retrait de 50€ sans danger tu crois?") et peu curieux.

Rien de plus énervant que les réserves des hôteliers étrangers qui vous disent que les touristes qu'ils aiment le moins sont....les Français qui se comportent mal et s'offrent le luxe de faire des commentaires agressifs ou injustes sur les sites internet des hôtels ou sites visités.

Je déteste cette fausse complicité qu'affectent les hexagonaux lorsqu'ils en rencontrent d'autres loin de leur base. A tous les coups un certain mépris et une mauvaise critique seront échangées plutôt que bonnes adresses et expériences plaisantes.

Voir un embarquement d'avion est une souffrance tant nous sommes indisciplinés: si on appelle les places 26 à 14 le Français qui a les places 6C et 6D se précipite pour essayer de passer.. Et naturellement avec un bagage trop volumineux pour être considéré comme bagage de cabine, ce qui retarde tout le monde et exaspère les autres!

Bien sur je généralise et tous nos contemporains du "pays des 300 fromages" (sic) ne sont pas des goujats bruyants et sales mais convenons qu'il en est plus qu'ailleurs et qu'ils ne donnent pas la meilleure image possible..

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires