Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 janvier 2018 4 04 /01 /janvier /2018 07:00

Juste avant le jour de l'an (qui est un jour parmi les plus féconds en conneries exprimées) la Maire de Paris, Anne Hidalgo n'a pas craint de sortir une ânerie éculée à propos d'Ernesto "Che" Guevara en le désignant, je crois, comme une "icône romantique et révolutionnaire".
3 clichés dans une phrase de 5 mots la dame est dans sa moyenne habituelle.
Encore que cette fois elle va plus loin qu'à  l'ordinaire: il faut être bouchée à la toile émeri pour continuer à véhiculer des idées aussi fausses et, disons-le, aussi scandaleuses.


Les photos de Guevara ont certes servi la cause castriste pendant des décennies tout en remplissant le rôle de propagande qui leur étaient assignées par le communisme. Les capitalistes, dont Lénine disait qu'ils lui vendraient la corde avec laquelle il les pendrait ont transformé le tchékiste impitoyable en héros révolutionnaire et reproduit son image par Alberto Korda en image visibles partout façon Marylin Monroe ou Elvis Presley. Des étudiants européens que guettaient seuls l'ennui, la consommation et le luxe refaisaient le monde sous les portraits de Mao, Lénine et Ho Chi Minh, qui devaient en sourire intérieurement à leurs rares moments de lucidité. Angkar, Stasi ou KGB trouvaient leurs défenseurs là où ils ne pouvaient (heureusement!) sévir. Même ce vieil obscurantiste haineux et meurtrier d'Ayatollah Khomeiny les fit reprendre leurs discours pompeux et faux!! Mais il faisait moins rêver la maire de Paris que le bel Ernesto!

Je ne m'abaisserais pas à conseiller des lectures pour savoir qui était Guevara: que celles et ceux qui veulent aller plus loin que les clichés journalistiques devenus vérités empesées fassent leur boulot qui est de se renseigner.

Les informations sur sa trajectoire politique, humaine et historique sont consultables absolument partout. L'homme a suscité une myriades de biographies et depuis la chute du communisme certaines sont moins hagiographiques que celles qui ont suivi sa disparition en Bolivie. On sait que l'homme tua et donna l'ordre de tuer, ordre impitoyable et justifié par les mêmes arguments ignobles que ceux de tous les bourreaux idéologiques du XX ème siècle.

D'accord pour ne pas admirer les Saints ou les héros, pas d'accord pour encenser les monstres!

 

Partager cet article

Repost0

commentaires