Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 mai 2018 2 29 /05 /mai /2018 07:00

Par suite d'un malentendu dont j'ai dit un mot sur le post daté d'hier je me suis retrouvé à attendre à l'extérieur à l'entrée de la grande Clinique St Jean du Languedoc à Toulouse. Grande par son étendue géographique, par ses spécialités mais sans doute aussi par sa rentabilité puisqu'elle fait partie du groupe Capio qui, c'est reconnu, est bien bénéficiaire.

Je dirais que ce n'est pas surprenant: en 20 ou 25 minutes j'ai vu défiler un nombre ahurissant de patients et d'accompagnants, à pied, en ambulance ou en auto qui (presque) tous venaient avec des radios sous les bras grandes comme les vitraux de la Cathédrale de Chartres.

Les journées chômées de mai comme les vacances scolaires étaient terminées mais, sous le soleil,on avait l'impression de voir des touristes visitant un château de la Loire ou d'ailleurs: habillés en été, certains en tongs (authentique) les "malades" savouraient leur temps.

Parallèlement aux valides s'avançaient vers des pavillons dédiés à telle ou telle partie du corps des personnages formant une cour des miracles d'éclopés, de boiteux et de vieux très fatigués qui tous, en se déplaçant, faisaient penser à une chorégraphie au ralenti.

Les parkings de la clinique étaient surbookés mais cela n'empêchait pas chacun et chacune d'entrer "tenter sa chance" en créant des embouteillages monstres. Tous avaient l'air de penser que sa souffrance ou sa maladie (ou les deux) dégagerai(en)t une place miraculeusement. Le quartier est excentré, les places n'y sont pas payantes (c'est une zone bleue à l'ancienne) et assez faciles à trouver mais tout le monde veut entrer dans l'enceinte de la clinique et ne comprend pas qu'une ambulance lui soit préférée.

J'ai certes "raté" mon rendez-vous mais l'observation du monde de la maladie a heureusement pris la relève.

Partager cet article

Repost0

commentaires