Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 mai 2018 3 23 /05 /mai /2018 07:00

Il suffit parfois de mettre de la distance entre le sujet observé et l'observateur pour que l'observation échappe à la réduction de vues et cerne le sujet avec intelligence et objectivité.

J'en veux pour preuve les étonnements sincères et singulièrement justifiés d'un Canadien pour qui j'ai beaucoup d'affection à qui je servais des analyses inspirées, malgré moi, par les partis pris et automatismes politiques et culturels hexagonaux.

En gros le Président Macron serait "trop libéral" et Laurent Wauquiez serait un extrémiste de droite sans foi ni loi. Mon interlocuteur a levé un sourcil et demandé:

"qu'est-ce qu'être libéral et comment peut-on être "trop" libéral"?" et "Quels exemples peux-tu me donner des agissements d'extrême-droite de Wauquiez et que peut-on lui reprocher comme acte indigne dans sa vie publique?".

Non qu'il ne comprenne pas (et même n'admette que l'homme n'est pas sympathique) mais il faisait semblant d'avoir suffisamment de recul pour me mettre devant ma contradiction. Il n'est pas une semaine sans que je m'en prenne aux médias de ce pays mais je fais miens leurs présupposés ("Wauquiez est un facho") ou leurs bêtes noires. (ici, le libéralisme).

Or, et je pense que c'est là qu'il voulait en venir, on est libéral ou on ne l'est pas. On est pour le marché, la liberté de commerce, la démocratie et l'échange des idées (définition approximative du libéralisme) ou on ne l'est pas et donc il faut dire pour quoi on est. Et depuis la faillite du communisme, seul programme alternatif réalisé à ce jour, il n'y a que fantasmes et rabâchages. Songeons que Mélenchon et Besancenot en appellent aux mânes du vieux Léon (Trotski).

Pour mon interlocuteur il était clair que je raisonnais mal, sans doute parce que je baigne en permanence dans une atmosphère typiquement française faite de demies-vérités, de combinaisons intellectuelles fausses et de prospectives dépassées.

Dans un pays qui choisit Pétain contre de Gaulle, Sartre contre Camus et Lelouch contre Robert Bresson il n'y a pas lieu de s'en étonner.

Partager cet article

Repost0

commentaires