Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 novembre 2018 3 14 /11 /novembre /2018 07:00

J'ai aperçu quelques minutes Pierre Perret sur le "plateau" de l'émission C'à vous le jeudi 8 courant.
Je n'ai jamais tellement aimé Pierre Perret et l'ai toujours considéré comme un chanteur de variété, chanteur mineur et sans grand talent.
Sa prétention à dire qu'il a connu Léautaud et à créer des polémiques avec des chanteurs morts qu'il pouvait alors abaisser à son niveau ne plaide pas pour lui.

Il était un peu pathétique ce soir là: vieux, désuet, se justifiant et inventant des cabales dirigées contre lui (la chanson "Lily" lui aurait valu des lettres d'injures, ce dont je doute). L'âge, notre plus cruel ennemi à tous, ne l'avait pas épargné. Ses yeux disparaissent dans les rides et sa silhouette, si elle n'a jamais été celle d'un athlète, rappelle le chamallow dont il semble avoir la consistance.

Jeudi, dans une atmosphère rien moins qu'hostile -mais pas transie d'admiration comme lorsque Charles Aznavour y est venu, une semaine avant sa mort- il a fait la promotion de son 945ème disque, ni meilleur ni pire que ceux qui l'ont précédés, j'imagine. Chanson "à texte" sur les dessinateurs assassinés de "Charlie hebdo", chansons-gaudriole qui font de Pierre Perret l'un des derniers à se "gondoler"  des chansons paillardes, un genre à la mode au Moyen-Âge. Passons.

Le drame personnel de ce chanteur là est qu'il est catalogué "fantaisiste" alors qu'il se croit l'égal des plus grands. Ses titres les plus connus sont plutôt des pochades osées et s'il ne les renie pas, elles lui font de l'ombre.

N'est pas Apollinaire qui veut et si l'un est l'auteur des "onze mille verges" l'autre n'a écrit que "le zizi".

En filigrane on sent, je sens, que comme tous ceux de sa génération encore vivants Perret espère tomber sur le filon Henri Salvador: ce dernier avait publié au soir de sa vie, un album qui avait marché au-delà de toutes les espérances et est devenu le rêve éveillé de ceux qui croient encore au marché du disque.

Je crains que les refrains égrillards de papy Perret ne soient pas suffisants pour décrocher la timbale!

Partager cet article

Repost0

commentaires