Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 novembre 2018 4 15 /11 /novembre /2018 07:00

Surprenante cette invasion permanente de la cuisine et des ses dérivés (pâtisseries...) sur les écrans de télévision, dans les kiosques et un peu partout. A croire que les Français, après une journée de labeur, disposent du temps nécessaire pour cuire leurs betteraves ou préparer amoureusement une charlotte à la mangue verte!

Tout le monde a noté le reflux des télé-crochets qui, il faut bien le dire, ont certes distingué un sympathique bestiaire (la tortue, Miss Dominique, Jenifer...) mais peu de Léo Ferré ou de Bob Dylan! ni de Cora Veaucaire.

Il semblerait que dans une époque où l'insignifiance et l'égoïsme autocentré (cf les "maisons du sourcil" qui s'ouvrent dans les grandes villes) la compétition dramatisée entre candidats s'exprimant dans une novlangue composée d'imports banlieusards et de mots-valises ait encore de beaux jours devant elle.

La présence obsédante du chronomètre, du professionnel sévère mais juste, de l'invité maladroit et du représentant du spectateur (celui qui est rempli de bonne volonté mais n'arrive à rien) est la caractéristique de ces émissions interminables dont l'aboutissement est de voir un jury compassé goûter du bout le la langue un navarin de lapereau au vinaigre de cèpes ou une aumônière de pulpe de citron meringuée... Quelle aventure!

Il y a ces instants où plus personne ne bouge avant le jugement du 7 étoiles au guide rouge, pendant lequel l'écran publicitaire de 10 minutes va vanter les mérites d'une bouffe industrielle aux antithèses de celle que l'émission en cours promeut.

Je suis étonné que ces soirées ennuyeuses comme les Molières, les Césars, les Victoires de la musique et autres remises de prix rébarbatives et congelées soient plébiscitées par un public que la simple idée de compétition ou de "mérite" révulse.

Le public refuse que les Universités françaises choisissent leurs étudiants sur dossier mais se passionnent pour des concours de gâteaux! allez comprendre!

Moi toute cette basse-cuisine m'ennuie et je trouve parfaitement absurde cette émission qui reçoit ses invités au cours d'un repas préparé par un cuistot renommé pendant l'émission. Bunuel l'avait imaginé: recevra t'on un jour les invités sur la "chaise percée"?

Qu'est-ce que ça apporte de voir Mireille Mathieu boire un verre de vin en dégustant une gibelotte de raie aux groseilles si cela ne l'empêche pas de dire une connerie à la seconde et, pire, de chanter?

Partager cet article

Repost0

commentaires