Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 février 2019 5 22 /02 /février /2019 07:00

Sommes-nous nombreux à être stupéfaits et atones devant la situation critique du pays depuis disons l'été dernier?

Ça a commencé avec "l'affaire Benalla", montée en épingle pendant des mois par une presse qui en faisait moins quand Mitterrand faisait sauter des bateaux de Greenpeace en Nouvelle Zélande et quand son ami et conseiller Grossouvre se suicidait... à l'Elysée.
Guère plus, elle en faisait guère plus quand Sarkozy donnait à l'Europe, par le traité de Lisbonne, ce que les Français avaient clairement refusé par référendum deux ans auparavant. Et moins encore quand la France traquait subitement Kadhafi pour le faire taire sur ses "largesses financières" pour la campagne présidentielle du mari de Carla Bruni...

Macron était donc dans l'essoreuse et ses sondages de popularité, perpétuellement rappelés, étaient dans la roue de ceux de Hollande, deux ans auparavant: au ras des pâquerettes.

Arrive la révolte des "Gilets Jaunes". Une initiative spontanée qui exprime des revendications parfois surprenantes mais est générée par une situation effectivement insupportable.

On s'habitue à ces foules remuantes et grossières "tenant" des rond-points et manifestant tous les samedis. A ses débordements aussi et à sa violence. Qu'elle soit de leur fait ou de celle de "casseurs" opportunistes ne changeant rien à l'affaire.

Avant Noël la violence et les incantations douteuses sont de plus en plus difficiles à masquer par des médias nationaux tétanisés et partagés entre l'admiration et l'observation au jour le jour des sondages sur l'état de l'opinion. Les politiques de l'opposition espèrent profiter du mouvement pour se refaire une santé mais la caractéristique du mouvement des gilets jaunes est de ne profiter à personne: pas même aux gilets jaunes. (enfin... on a vite oublié les 10 milliards (sic) débloqués par l'Etat)

On a bien vu et entendu les symptômes de la radicalisation du mouvement et son noyautage par des "éléments incontrôlés" et les débats lunaires que cela suscitait.

Aujourd'hui, 3 mois après le début, on en est aux invectives racistes, sexistes et antisémites.

Le gouvernement est aux abris, le 1er ministre, entre deux lapsus, joue les utilités et le président pense, paraît-il, aux Européennes et à sa réélection. On croit rêver. A moins que les éditorialistes soient dans le fantasme et racontent n'importe quoi.

Alors on débat, on saccage les centre-villes, Juppé verse une larme en se dirigeant, pour 9 ans au Conseil Constitutionnel, on insulte Finkelkraut (ça a remplacé l'entartrage de BHL!) et on défile en jaune et en casseurs en demandant la tête du président, le départ des juifs vers Israël et le RIC...

Je donnerais cher pour qu'on sorte de cette période.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Les bonnes feuilles du Poirier
  • : Le blog d'un Toulousain très critique sur l'actualité, et vachement calé en histoire en plus.
  • Contact

Stats

Visiteurs Uniques depuis le 22 Mars 2013
(18274 Visiteurs Uniques depuis sa création)

 

Il y a    personne(s) sur ce blog

 

Blog créé le 8 Décembre 2009

Pages