Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 février 2019 3 20 /02 /février /2019 07:00

Il y a, dans les médias de ce pays, une crainte forcenée de ne pas être dans le coup. Un panurgisme stupéfiant règne qui fait que tout le monde parle de la même chose, dans les mêmes termes et au même moment.
Relisez un quotidien ou un magazine vieux de quelques mois: vous serez très étonné des contre-vérités, des analyses dépassées ou fausses et des phénomènes liées à la mode du moment qu'il contient.

Prenez le phénomène des "gilets jaunes": de très rares voix s'élèvent pour dire que la sociologie de leurs rangs a changé: beaucoup moins de retraités, de chômeurs, d'employés fréquentent leur "manifestation" hebdomadaire.
Peu d'entre eux se désolidarisent clairement des violences contre les forces de l'ordre, contre les pillages et contre le sac du samedi des grands centres urbains. Une forme de censure qui ne dit pas son nom essaie de cacher que l'antisémitisme, l'antiparlementarisme, l'anti-démocratie et ses slogans du début du XX ème siècle sont non seulement acceptés mais repris par celles et ceux qui battent (quand il ne le lancent pas) le pavé.

Daniel Cohn-Bendit l'a souligné; le mouvement des gilets jaunes tel qu'il se transforme désormais a des aspirations "totalitaires".

L'image d’Épinal du vieil employé aux fins de mois difficiles qui brûle des cagettes sur un rond-point a fait long-feu. Qui le dit? qui l'écrit?

Nous voyons même les médias donner de l'importance à des "gilets jaunes" sortis de l'anonymat qui dégoisent des conneries qu'en temps ordinaires personne n'aurait relayées. C'est donner de l'audience et donc du crédit à des personnes dangereuses pour la démocratie avec une bonne conscience inadmissible. Pour faire de l'audience on transforme un modeste chauffeur routier en leader d'opinion et un demeuré au moi hypertrophié qui sévit sur Internet en gourou alors que son propos n'atteint qu'exceptionnellement le niveau "café du commerce".

Les centres villes où l'on ne trouve plus un guichet de banque éclairé à la lumière du jour et où le distributeur de billets en fonctionnement est rare crient "halte" à ce mouvement certes fondé mais qui échappe à toute direction et se transforme en bordel peuplé d’extrémistes de tous bords qui peuvent enfin casser.

Les "idiots utiles" qui brandissent les sondages bidons disant que les Français soutiennent encore le mouvement sont ceux qui hurleront si on touche à leur Clio, qu'on brûle leur poubelle, qu'on tague leur portail ou casse leur succursale bancaire. Ceux qui croient toujours que la dictature c'est pour les autres. Ceux qui pensent que la guerre civile est une promenade de santé...

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Les bonnes feuilles du Poirier
  • : Le blog d'un Toulousain très critique sur l'actualité, et vachement calé en histoire en plus.
  • Contact

Stats

Visiteurs Uniques depuis le 22 Mars 2013
(18274 Visiteurs Uniques depuis sa création)

 

Il y a    personne(s) sur ce blog

 

Blog créé le 8 Décembre 2009

Pages