Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 mai 2019 5 24 /05 /mai /2019 07:00

Je suis allé aux obsèques, selon les rites protestants, du fils d'amis très chers ici, à Toulouse. Je ne connaissais pas très bien celui que l'on portait en terre. Il était très jeune (25 ans) et secret. Effacé, presque hautain.

C'est la première fois que cela m'arrivait et je pensais, idée préconçue, que les catholiques et les protestants se valaient. Grave erreur si j'en juge par ce que j'ai vu et entendu.

C'était, si je ne me trompe, un "office" ou une "bénédiction". (Nul n'a communié).

Deux pasteurs, l'un jeune et noir l'autre, barbe poivre et sel, élégant et "dogmatique" se relayaient pour accompagner le défunt. Le Temple était plein et l'assistance était recueillie et infiniment triste.

J'avais beaucoup de peine et de compassion pour les parents nos amis. L'assistance avait elle aussi cette peine pour celui qu'on enterrait comme pour sa mère, A***, et ses deux frères.

Le pasteur a parlé dix minutes du défunt et, l'église entière a suspendu sa respiration pour en recueillir tous les termes. Un magnifique portrait, tout en nuances mais clair et concis, ne cachant rien des conditions du décès ni des problèmes douloureux que le défunt avait affrontés puis renoncé à affronter. La complexité et la difficulté de cette jeune vie stoppée net apparaissaient comme clairement à ceux qui l'avaient côtoyée de loin sans en voir les implications.

Ce langage de vérité et de compréhension dans un lieu de culte; je n'en avais jamais eu d'exemple avant. C'était une nouveauté. Plus de longues périphrases, d'euphémismes et de synonymes affadissants. Les choses étaient dites, clairement, simplement sans filtre ni gêne. Tous ceux avec j'en ai parlé m'ont dit leur étonnement devant la clarté et la beauté simple de cette prise de parole. C'était tellement sincère et juste, moments de silence inclus, que je l'ai dit au pasteur qui m'en a remercié en me disant qu'il avait beaucoup parlé avec les proches et qu'il lui semblait connaître le défunt.

Le reste de l''office, musiques choisies par la famille et diffusées en sourdine (c'est important) et texte bibliques inclus ne portèrent pas ombrage à la première impression. On respectait l'homme qui n'était plus, le chagrin de l'assistance et le Dieu que l'on célébrait, tout à la fois.

Cela m'a semblé inédit.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Les bonnes feuilles du Poirier
  • : Le blog d'un Toulousain très critique sur l'actualité, et vachement calé en histoire en plus.
  • Contact

Stats

Visiteurs Uniques depuis le 22 Mars 2013
(18274 Visiteurs Uniques depuis sa création)

 

Il y a    personne(s) sur ce blog

 

Blog créé le 8 Décembre 2009

Pages