Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 mai 2019 4 30 /05 /mai /2019 07:00
Soirées de défaite electoraleSoirées de défaite electorale

J'ai passé tant et tant de soirées électorales devant la télévision que l'exercice amer n'a plus de secrets pour moi et que j'en connais absolument toutes les phases et tous les développements.

J'ai, je le confesse, plus souvent qu'à mon tour, misé sur le mauvais cheval, choisi la liste maudite ou le candidat tocard.

Je me souviens qu'en 1981 j'avais sournoisement (et discrètement) glissé un bulletin "François Mitterrand" dans l'urne et étais allé à une soirée chez des supporters de la réélection de Giscard. On a les perversités qu'on peut!

C'est plus fort que moi: voir le pli amer se dessiner au coin de la bouche des recalés me conduit à un authentique plaisir intellectuel et physique.

Presque à l'orgasme dans le cas de 2017 quand j'ai vu les membres de la bande à Retailleau livides devant le score de leur Fillon de champion. Je ris encore en songeant à la tête de François Baroin et celle de Valérie Boyer.

Dimanche 26 mai 2019, il y a 4 jours c'est l'abbé Retailleau et la canaille Wauquiez qui m'ont réjoui. Presque autant que Mélenchon. Le "Che"(ex-sénateur socialiste!!!!) a mordu la poussière. Tant d'amertume et d'incompréhension de ce qui leur arrivait était un pur bonheur...

... pour moi qui ai, dans mes salons successifs, suivi avec accablement l'effondrement de mes rêves électoraux.

Après les plaisirs sont moindres. La mauvaise foi des perdants, les éléments de langage, les fausses consolations, les promesses de jours meilleurs et de victoires futures apportent des frissons frelatés.

Rien ne vaut la colère froide, l'ébahissement et la noyade en direct de ceux qui perdent des élections. Les "lieutenants" des grands chefs, ceux qui font tout et ne sont récompensés de leur fidélité que par un poste subalterne en cas de victoire doivent aller prendre les coups d'un autre sur les plateaux de télévision. Alexis Corbière (France Insoumise) mérite le César du meilleur, assurément.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires