Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 juin 2019 1 24 /06 /juin /2019 07:00

Politiquement j'ai entendu hier, je ne sais plus où, la phrase la plus bêtement inconséquente qu'il m'ait été donné d'entendre depuis des années.

A propos du vide relatif à la tête du parti dit "Les Républicains" un homme a dit qu'il fallait sans doute s'en remettre à Nicolas Sarkozy, le dernier à avoir fait gagner son mouvement.

En voilà une idée qu'elle est bonne! Les Socialistes devraient, sur le même principe, rappeler Lionel Jospin ou François Hollande et, pour le côté farce, sonder Dominique Strauss-Kahn qui, comme l'excellent Monsieur Fillon était à deux doigts de faire gagner son camp. Quant au Rassemblement du Front National (je m'y perds un peu avec ces changements permanents d'appellation pour la même chose) faire risette à la nièce Le Pen après la fille et le père. Mais là on n'est hélas plus dans la fiction comique.

C'est un fait, en 2007 Nicolas Sarkozy est devenu président. Ce n'est pas ou plus un exploit quand on voit qu'un Trump peut le devenir du plus puissant pays du monde et que Berlusconi a dirigé l'Italie pendant plus de 10 ans. Cela dit Sarkozy s'est représenté en 2012 et il a été battu.
Il s'est battu contre tous pour "revenir" en 2017 et a fini 3ème (avec 26% des voix de ses électeurs) à la primaire. Le "gagneur" a pris un coup sur la tête, pour le moins.
Si l'on ajoute à cela que sa personnalité suscite des "préventions" tenaces, que ses hommes liges sont atteints par des scandales ou des mises en examen qui ne l'épargnent pas lui-même on a, en bout de course, un sacré "champion" qui, effectivement, pourrait faire gagner la droite!

Je pensais naïvement que l'élection d'un président de 39 ans neuf et moderne démoderait les vieilles pratiques datant des années 80. Que nenni! Jack Lang est toujours là, Rachida Dati et Jacques Toubon aussi. Claude Guéant, l'amateur de tableaux, quitte son bel appartement du XVIème pour venir dire que ce n'est pas digne de vouloir demander des comptes au président qu'il a servi avec l'appareil d'état dans une grande économie de moralité... (France Inter, 7/9 20/06/19) et tout le monde se voit soit à la Mairie de Paris soit à l’Élysée.

Cette vie en vase clos est encouragée par les médias qui ne renouvellent pas assez leurs plumes. Celles-ci sont incapables de s'adapter à une nouvelle donne et raisonnent comme si Jean-Louis Bianco était encore secrétaire général de l’Élysée et François Mitterrand à Versail... rue du Faubourg Saint-Honoré.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Les bonnes feuilles du Poirier
  • : Le blog d'un Toulousain très critique sur l'actualité, et vachement calé en histoire en plus.
  • Contact

Stats

Visiteurs Uniques depuis le 22 Mars 2013
(18274 Visiteurs Uniques depuis sa création)

 

Il y a    personne(s) sur ce blog

 

Blog créé le 8 Décembre 2009

Pages