Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 juin 2019 1 17 /06 /juin /2019 07:00

Etais-je en état de non-réception? incapable d'écouter cette musique ce jour-là, à ce moment-là? toujours est-il que je me suis contraint à écouter en entier le fameux mur ("The Wall") de Pink Floyd paru en 1979 et que j'ai longtemps considéré comme un "grand" album.

40 ans après sa sortie et l'évènement que fut ce double album foisonnant que reste t'il? si j'osais être sincère je dirai: "Confortably Numb" et uniquement pour les apports de David Gilmour.

"The Wall" fut avant tout un album de Roger Waters et celui-ci pêchait par excès de sinistrose et de paranoïa. Ce n'est pas lui faire injure qu'écrire que Waters, s'il fut parfois un compositeur inspiré est un piètre chanteur et un bassiste très moyen. Comme,en plus, le monsieur est exécrable il avait besoin d'un groupe créatif pour l'épauler et illustrer ses chansons. Hormis quelques titres ici ou là ("The tide is Turning") sa carrière solo n'a pas été des plus brillantes et "The Wall" a été l’œuvre qu'il a le plus jouée (certains disent massacrée) depuis qu'il a dissous le groupe.

Il faut dire qu'il a passé plus de temps à dénigrer ses ex-camarades (David Gilmour et Rick Wright et, mais moins souvent, Nick Mason) et à leur faire des procès.

A partir de "The Wall" sa mégalo l'a faite publier des concepts albums de plus en plus barrés et confidentiels ("The Final Cut" avec Pink Floyd, "The Pros and Consequences of Hitch-Hiking", "Radio K.A.O.S", "Amused to death", "ça ira"...) dans lesquels ses défauts (voix aigüe et fausse, bruitages envahissants, critiques de tout et de tout le monde) ont petit à petit submergé celui à qui on devait quand même "Cirrus Minor" ("More"), "Grandchester Meadows" (Ummagumma"), "If" ("Atom Heart Mother" et le meilleur de "Dark side of the Moon" et de "Wish You Were Here".

Par gentillesse on ne s’appesantira pas sur "Obscured by Clouds" et on glissera sur l'incroyablement démodé "Meddle".

Waters n'a jamais -et cela explique son attitude- été reconnu à l'égal d'un Jagger, d'un Lennon ou d'un Bowie. Encore moins d'un Syd Barrett. Question de personnalité. Si son compte en banque ne doit rien envier aux Manitous du rock sa relative obscurité doit plus à la virtuosité phénoménale de son rival-partenaire Gilmour et à la réputation d'emmerdeur que musicos et journalistes spécialisés lui ont faite.

Quant à "The Wall" c'est un soufflé depuis longtemps retombé. Le titre le plus connu est devenu inaudible à force d'être entendu et les deux disques contiennent plus de scories datées que de pépites intemporelles. Beaucoup trop introspectif et personnel le disque sera plus ou moins le chant du cygne du groupe, les 3 autres se voyant ravalés au rang de musiciens d'accompagnement. "The Wall" est d'ailleurs un écrin pour les parties de guitare de David Gilmour ce que Waters n'avait assurément pas en tête!

Le film d'Alan Parker a capté le meilleur depuis longtemps et il faut vraiment une journée de juin humide et fraîche pour écouter ce disque emphatique et... ennuyeux.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Les bonnes feuilles du Poirier
  • : Le blog d'un Toulousain très critique sur l'actualité, et vachement calé en histoire en plus.
  • Contact

Stats

Visiteurs Uniques depuis le 22 Mars 2013
(18274 Visiteurs Uniques depuis sa création)

 

Il y a    personne(s) sur ce blog

 

Blog créé le 8 Décembre 2009

Pages