Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 juillet 2019 2 09 /07 /juillet /2019 07:00
Une expérience difficile, les hobos américains

La première fois que j'ai rencontré le mot "hobo" c'est dans le titre et la chanson de Charlie Winston "Like a hobo". Le mot et le tube étaient plaisants et j'ai eu la curiosité de chercher la définition qui m'a intéressé. Aux USA, le hobo est un sans-domicile fixe qui se  déplace (le verbe est désormais quasiment à mettre à l'imparfait) en empruntant les trains de marchandises sans payer.

Le hobo est un marginal qui est cependant considéré comme faisant partie intégrante de l'Histoire et du "folklore" américain.

Avez-vous remarqué? Dès lors qu'une information vous est donnée, en l'occurrence sur l'existence des hobos, vous en entendez parler à nouveau concomitamment et fortuitement.

J'ai vu et feuilleté un livre "Au fil du rail"  dont la couverture était illustrée d'une photo représentant un hobo idéal. Je l'ai parcouru, j'ai hésité et ne l'ai pas acheté. Je l'ai revu en vitrine de ma librairie préférée, Ombres Blanches et étais décidé à l'acheter cette fois-ci. Hélas! le magasin était encore fermé et je n'avais pas la patience d'attendre l'ouverture plus de trente minutes, même devant un expresso et "la dépêche du midi". (ce canard local se lit en totalité en moins d'un quart d'heure tant il est creux).

L'idée de la vie des hobos a dû s'insinuer en moi parce que, presque sans m'en rendre compte, je cherchais sans le chercher ce livre dont je n'avais retenu ni le nom de l'auteur ni le titre mais un souvenir plaisant de la photo de couverture.

...Et soudain, chez Joseph Gibert, il est là, d'occasion mais en parfait état. "Au fil du rail" un reportage de Ted Conover aux Éditions du sous-sol. Inutile de dire que j'y ai vu un signe et que je l'ai acheté, séance tenante.

C'est un livre qui m'a beaucoup plu. Il date de 1980 mais a dû être édité ou réédité seulement récemment. Dans la préface l'auteur dit que les hobos n'existent plus vraiment et que les évolutions du rail ne permettent plus aux "trimards" d'embarquer en douce pour de longs voyages dangereux et inconfortables, à la merci des "bouledogues" (la police du rail) et des autres hobos (impitoyables entre eux).

Le livre, écrit par un jeune anthropologue de vingt-deux ans est absolument remarquable et est à juger à l'aune des livres de Jack London ou de George Orwell que l'auteur n'omet pas de citer. C'est ce que pompeusement nous appelons aujourd'hui de "l'immersion totale". L'Observateur s'installe corps et âme dans la vie des sujets qu'il étudie pour les comprendre et ressentir ce qu'ils ressentent.
Sociologiquement, intellectuellement et humainement le livre et les expériences qu'il relate est passionnant. Les USA sont vraiment un pays particulier! les églises, le don (payant) du sang, l'alcoolisme, la pauvreté etc on est parfois abasourdi par la violence morale et physique d'un pays qui nous paraît peu attirant.

Conover réussit, dans un reportage écrit, à nous faire sentir le vague à l'âme d'un soir, la tristesse de constater des rapports humains médiocres, la beauté d'un paysage et la crasse révoltante d'un autre. On est proche de lui quand il "craque" et retourne à la civilisation en retournant chez lui, on comprend ses doutes, on ressent son dégoût parfois et, comme lui, on réfléchit à la condition assez effroyable de ces personnes qui n'ont pu trouver le chemin de la société et la compagnie des hommes se réfugiant dans une existence animale où avoir chaud, parer les coups et manger restent  les trois seules préoccupations.

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Les bonnes feuilles du Poirier
  • : Le blog d'un Toulousain très critique sur l'actualité, et vachement calé en histoire en plus.
  • Contact

Stats

Visiteurs Uniques depuis le 22 Mars 2013
(18274 Visiteurs Uniques depuis sa création)

 

Il y a    personne(s) sur ce blog

 

Blog créé le 8 Décembre 2009

Pages