Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 septembre 2019 4 26 /09 /septembre /2019 15:44

jeudi 26 septembre, après le déjeuner avec Lulu près de l'Hôpital Purpan j'ai appris la mort de Jacques Chirac.

Immédiatement j'ai pensé à Giscard (qui le haïssait) et qui enterre un à un tous ses successeurs. Puis j'ai pensé que l'hommage national serait un de nos trop rares moment d'unanimité pendant lequel, fidèle à notre habitude nous trouverons toutes les qualités au 5ème Président de la Vème République: les siennes bien sur mais aussi (et surtout) celles qu'il ne possédait pas.

Sur mon vélo, Avenue de Grande Bretagne, je me disais qu'on ne manquerait pas d'interroger les vieux crabes de la "médiacratie", les Frantz-Olivier Giesbert et autres Jacques Julliard, les Michèle Cotta et les Catherine Nay qui tous, peu ou prou, suivaient la trajectoire du grand Jacques depuis l'élection en Corrèze vers 1971!

Et je me disais aussi que le défunt possédait le plus beau C.V de la politique Française. Pensez donc! il n'y a aucune fonction élective ou presque qu'il n'ait exercée (sauf sénateur) et il a été deux fois élu Président de la République et deux fois été nommé Premier Ministre.

Venons en au bilan... Chirac était la plus formidable bête à gagner les élections, l'opposant le plus tenace et le politicien le plus retors qu'il ait été donné de voir sur les 3 décennies 70-80-90. C'était une ambition jamais assouvie et il utilisait, pour arriver au sommet, tous les leviers à sa disposition. Le constat que l'on a du faire c'est qu'une fois Président il n'avait plus aucune idée et ne savait pas conserver le pouvoir plus de 2 ans. Seule la conquète du pouvoir semblait l'intéresser. Et sa reconquête car cet homme-là, en bon Français, passait du sommet à l'abime, de la réussite à l'échec avec une maestria à souligner.

De Raffarin à Bernadette, de Sarkozy à Jean-Louis Debré, de Fillon à Perben, d'Alliot-Marie à Stirn, des Tiberi à Juppé une cohorte d'éclopés le suivait naguère et  ils suivront son cercueil avec la hargne de ceux qui lui doivent tout et ne le méritaient pas.

Et ses douze ans de Présidence? me direz-vous. La suppression du service militaire et la non intervention en Irak sont les deux seuls faits saillants. Le reste c'est cette fameuse "politique du chien crevé au fil de l'eau" qu'ont suivie ses 3 successeurs et qui doit bien venir de quelque part.

... A 16H00 le Point publie les hommages de François Pinault à Chirac décédé... preuve que "sa" politique plaisait à certains.

A l'international comme en politique intérieure rien d'inoubliable. Le Chiraquisme n'a jamais existé (sauf à la Mairie de Paris et on aurait pu s'en passer!).

Reste l'homme qui possédait les défauts spécifiques des Français en quoi ils se retrouvaient et avaient (un peu) d'indulgence pour lui. Il était "sympa" et avait une stature que ni Sarkozy ni Hollande ne sont parvenus à acquérir.

L'anecdote qui, à mes yeux, le définissait le mieux est celle qui s'est passée à un sommet avec Margaret Thatcher, Premier Ministre anglais, qui voulait voir revenir en Grand-Bretagne l'argent de l'Europe. Oubliant qu'il avait un micro branché Chirac avait demandé: "qu'est-ce qu'elle veut la mé(na)gère? mes couilles sur un plateau?" au grand dam des diplomates présents.

Il a aussi fait de belles choses comme la reconnaissance des responsabilités de l'Etat Français (alors Vichy) dans la déportation et l'assassinat des Juifs pendant la guerre.

Qu'il repose en paix.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Les bonnes feuilles du Poirier
  • : Le blog d'un Toulousain très critique sur l'actualité, et vachement calé en histoire en plus.
  • Contact

Stats

Visiteurs Uniques depuis le 22 Mars 2013
(18274 Visiteurs Uniques depuis sa création)

 

Il y a    personne(s) sur ce blog

 

Blog créé le 8 Décembre 2009

Pages