Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 novembre 2019 1 04 /11 /novembre /2019 07:00

La chaîne "Histoire" a diffusé en octobre une dramatique consacrée au procès de la ci-devant Reine de France Marie-Antoinette. Il s'agissait d'un film relativement ancien puisque, dans les comédiens j'ai reconnu Thierry Mesguich et Jacques Rispal. Il s'agissait du film "l'Autrichienne" de Pierre Granier-Deferre (1989) avec Ute Lemper dans le rôle titre et un scénario signé des deux historiens-stars des années 60-80 Alain Decaux et André Castelot.
Basé sur les minutes du procès le film était sobre et ne sombrait pas dans le pathos, risque pris par tout film ou récit consacré à ce moment délicat de notre histoire, j'y reviendrais.

J'avais regardé ce film de cinéma et ai donc "sauté sur l'occasion" pour visiter l'exposition à la Conciergerie "Marie-Antoinette Métamorphoses d'une Image" (16 octobre 2019 - 26 janvier 2020) lors de mon passage à Paris.

L'exposition est décevante et sombre souvent dans le kitsch voire dans l'anecdotique. C'est l'époque actuelle qui veut ça: parfois on se demande si Jean-Paul Gaultier n'en est pas le commissaire!

A d'autres moments (1ère salle) elle est remarquable et, osons le mot, "émouvante". L'acte d'accusation original, l'acte de condamnation et le "testament" de Marie-Antoinette sont impressionnants même s'ils sont difficiles à lire. Les tableaux, dessins, peintures et libelles du temps démontrent que le "lynchage" existait déjà et n'a guère évolué: la sexualité de la Reine, comme celle du Président Macron a fait l'objet de spéculations tout aussi scandaleuses et ignobles...

Cela dit, si les accusations étaient odieuses, exagérées, sans fondement ou pas prouvées pour certaines il ne fait aucun doute, par exemple, qu'il y a eu "intelligence avec l'ennemi" et que cette seule accusation valait condamnation.

Arte, ce samedi 26 octobre, s'était elle aussi mise à l'heure de la dernière Reine de France (La Reine Marie-Amélie, femme de Louis-Philippe n'était que Reine des Français) et a, à son tour, diffusé un film sur le même évènement historique. Basé sur le travail de l'historien Emmanuel de Waresquiel le film "Marie-Antoinette, ils ont jugé la Reine" est très proche, puisque utilisant les mêmes sources historiques, du film de Granier-Deferre. L'interprétation y est parfois (à part Maud Wyler qui interprète la Reine et le comédien qui incarne Robespierre) caricaturale et j'y ai décelé un parti-pris compréhensible mais qui fausse parfois le récit.
Tous voulaient la mort de l'ancienne Reine et, du point de vue des révolutionnaires et de la République cela se comprenait. Le procès, mal préparé et tenu dans l'urgence a été bâclé et certaines accusations resteront comme des ignominies indignes (entre autres l'accusation d'inceste sur un garçonnet de 8 ans...). Une Révolution est un ouragan qui emporte tout et particulièrement les vestiges du monde englouti. Marie-Antoinette, la monarchie et l’aristocratie devaient disparaître; ils ont disparu.

On a compris que la femme Marie-Antoinette s'est "rachetée" en fin de vie et que, comme son Royal époux, elle a vécu l'enfer avant d'être guillotinée.

En tant que Reine et ci-devant Reine elle ne s'est jamais appartenu. Symbole elle était, symbole elle restera, aujourd'hui encore.
L'exposition, en surjouant la branchitude et le contemporain passe -un peu- à côté de l'histoire. Y aurait-il la queue Boulevard du Palais s'il en avait été autrement? je pense que non. Cela explique la déclinaison des "Marie-Antoinette à la rose" de Mme Vigée-Lebrun en Botéro puis en Manga et la place prise par l'évocation du grotesque film de la fifille Coppola..

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Les bonnes feuilles du Poirier
  • : Le blog d'un Toulousain très critique sur l'actualité, et vachement calé en histoire en plus.
  • Contact

Stats

Visiteurs Uniques depuis le 22 Mars 2013
(18274 Visiteurs Uniques depuis sa création)

 

Il y a    personne(s) sur ce blog

 

Blog créé le 8 Décembre 2009

Pages