Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 décembre 2019 1 23 /12 /décembre /2019 07:00

En regardant mon chat faire trois fois le tour de son fauteuil (pardon, du fauteuil qu'elle a annexé) avant de s'installer j'ai fait l'analogie avec ce que l'on  ressent lorsqu'on a rompu, dans les tous premiers temps.

On pourrait parler de "coup de foudre" à l'envers tant celle qui n'est plus là occupe toute les pensées et fait échafauder les plans les plus audacieux et les plus idiots pour la reconquérir. On oscille entre le désespoir que tout est fini et l'excitation qu'on va reprendre avec elle, comme c'était avant.

Avant? mais quand avant? on se souvient alors que si les mots définitifs ont été prononcés ils suivaient une période de désagrégation accompagnée du sentiment partagé que "cette fois" c'était la fin.

Dans ce moment je m'en prends à moi-même pour avoir dit des choses cruelles et irrattrapables. C'est plus fort que moi; il faut que je blesse. Sans doute pour qu'il y ait un point de non retour.

Mais aussi je suis alors bien puni. Comment faire oublier ces propos qui ont diffusé, comme un poison?

Je sais ces phrases dures à entendre: "on a essayé, je n'en peux plus", "tu ne changeras jamais", "je ne t'aime plus", "tu as eu ta chance et tu ne l'as pas saisie", "séparons nous avant que ça ne devienne insupportable", "tu ne me comprends pas", "je ne te comprends plus", "j'ai réfléchi" et "la relation (entre nous) est devenue toxique". C'est moi, c'est elle qui la prononce. Peu importe.

Après les éclats, après les larmes, le silence et la solitude font prendre compte de l'aspect définitif de cette rupture que l'on souhaitait tout en la redoutant.

Brusquement cette personne qu'on connaissait par cœur a une vie autonome. On découvre des facettes de sa personnalité inconnues. Elle qui ne voyageait pas et n'en manifestait pas l'envie va au bout du monde. Elle devient sportive. Elle a des "copines". Elle a des hommes dans sa vie.

Au début on est presque intimidés quand on est en sa présence. On évite les sujets qui fâchent (le passé ensemble!) on marche sur des œufs. 

Et puis un jour on a presque besoin de se faire confirmer qu'on été très proches elle et moi. La distance s'est agrandie. Mêmes les souvenirs communs ne suffisent plus.
On ne souffre plus. Ah? on a souffert?

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Les bonnes feuilles du Poirier
  • : Le blog d'un Toulousain très critique sur l'actualité, et vachement calé en histoire en plus.
  • Contact

Stats

Visiteurs Uniques depuis le 22 Mars 2013
(18274 Visiteurs Uniques depuis sa création)

 

Il y a    personne(s) sur ce blog

 

Blog créé le 8 Décembre 2009

Pages