Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 décembre 2019 2 17 /12 /décembre /2019 07:00

Il m'arrive, de plus en plus rarement je le confesse, de parcourir le quotidien "Le Monde" mais plus jamais son effroyable supplément du week-end "M". Ce dernier, je pense, a contaminé le journal en y exportant son snobisme, son élitisme, sa futilité et son attirance pour un "Bling-Bling" de grand luxe.

"M" aurait pu faire sienne la grotesque et offensante formule de Séguéla: "si à cinquante ans on n'a pas une Rolex on a raté sa vie".

(PS: le correcteur d'orthographe me suggère de remplacer "Rolex" par "Solex"!)

Le Monde s'est fait, depuis la célèbre directive de son fondateur Hubert Beuve-Méry ("faites emmerdant") le spécialiste des articles longs, complets mais sérieux. Hélas ils sont souvent partiaux voire partisans. Dogmatiques toujours.

Malgré l'arrivée tardive de la couleur et des photos le quotidien du soir reste rébarbatif. Il se complait dans l'utilisation d'une langue de bois journalistique génialement décrite par Michel-Antoine Burnier et Patrick Rambaud "le journalisme sans peine" (1997). Tous les travers de la profession sont disséqués avec un humour ravageur et impitoyable dans ce livre irrésistible et juste.

Le vocabulaire de la plupart des journalistes du Monde est volontiers pédant quand il n'est pas abscons. Exemple qui me vient: le 10 décembre, dans un article consacré à la future nouvelle Golf de Volkswagen le signataire de l'article (rébarbatif au possible) parle du "barycentre de la stratégie du constructeur". Combien de lecteurs ayant lu ce papier ont cherché le sens de ce mot "barycentre"?

( En mathématiques, le barycentre d'un ensemble fini de points du plan ou de l'espace est un point qui permet de réduire certaines combinaisons linéaires de vecteurs.) Ça n'éclaire rien!

Le Monde s'obstine à publier les dessins indigestes et surévalués de Plantu qui n'a plus fait sourire personne depuis 1977 ou 1978.

Enfin, et je terminerai par cela, le Monde -comme moi- a des partis-pris définitifs souvent injustes. Il a traité avec une condescendance qui confinait au mépris la diffusion par Arte d'une adaptation de "La foire aux vanités" de Thackeray qui, c'est le moins que l'on puisse dire, partait d'une ambition plus élevée que 89,9% des programmes de télévision, toutes chaînes confondues.

Il faut lire et relire cette critique (dont suinte un élitisme intellectuel exaspérant) pour voir ce qu'est le positionnement (et donc sans doute le lectorat) de ce journal qui, c'est encore vrai, reste malgré tout infiniment supérieur aux autres quotidiens du pays.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Les bonnes feuilles du Poirier
  • : Le blog d'un Toulousain très critique sur l'actualité, et vachement calé en histoire en plus.
  • Contact

Stats

Visiteurs Uniques depuis le 22 Mars 2013
(18274 Visiteurs Uniques depuis sa création)

 

Il y a    personne(s) sur ce blog

 

Blog créé le 8 Décembre 2009

Pages