Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 janvier 2020 3 08 /01 /janvier /2020 07:00

Avez-vous vu les médias quelques minutes avant les vœux de Nouvel An d'Emmanuel Macron? de l'art de parler pour ne rien dire! du remplissage comme un des beaux-arts!. Le texte de l'intervention présidentielle ne leur avait évidemment pas été communiqué et les belles et les beaux du 31 décembre 2019 avant 20H00 en étaient réduits à émettre des conjectures stériles. "Il va dire ci, il va dire ça".

On se doute quand même bien que le Président de la République ne va pas nous annoncer ce soir là que Poutine est prêt à vitrifier l'Europe, que Brigitte le trompe avec Castaner ou qu'il va retirer sa réforme des retraites. Il n'empêche, les journaleux, d'un air pénétré, nous disent que "l'exercice est difficile", que "Macron joue gros" (en nous souhaitant bonne année?) et qu'il "a beaucoup à perdre" dans ce geste qui consiste, je le rappelle au risque de lasser, à souhaiter une bonne année au Français.

18 minutes plus tard, après que l'entrée de l’Élysée ait disparu et aux dernières notes d'une Marseillaise raccourcie voilà les mêmes qui se croient obligés de nous expliquer ce qu'on a vu et écouté.

Nous, public, contribuables et électeurs, sommes trop stupides pour avoir compris les bons vœux du Président. Il faut qu'un des perroquets diplômés d'une de ces écoles de journalisme où l'on apprend à voir tout de la même façon et d'en rendre compte de la même manière les "décrypte" pour nous; nous dise ce "qu'il faut en retenir".

Et les voilà qui commentent jusqu'à l’écœurement une intervention banale et sans aspérités qu'un enfant de Cours Élémentaire 1ère année saisit sans difficulté.

Cette manière qu'ils ont de nous prendre, tous autant que nous sommes, pour des demeurés incapables de comprendre quoi que ce soit est insultante et méprisable. Le ton qu'ils emploient et les explications qu'ils donnent, des évidences prétentieusement formulées naturellement assorties de jugements négatifs sur la prestation du Président participent de la dépression nerveuse sévère qui atteint le pays depuis une dizaine d'année.
 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires