Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 janvier 2020 3 15 /01 /janvier /2020 07:00

l'écrivain mondain Frédéric Beigbéder, que je ne prise pas particulièrement, s'en prend, qui l'ignore?, à la "dictature du rire" en général et sur France Inter en particulier. Il a raison. les "comiques-maison" qui glapissent des conneries et les "comiques extérieurs" qui dégoisent des insanités à longueur d'antenne sont insupportables.

Comme lui j'ai constaté la place toujours plus importante qui leur est octroyée et ce qu'ils en font. Pour un Morel combien de Morin et autres Vanhoenacker? ces forçats du rire calibré sont de plus en plus méchants et ont comme cibles des personnes évidentes qui doivent vivre comme un drame les saillies perpétuelles qu'ils leurs inspirent. Naturellement il n'y a pas de droit de réponse et je suis surpris que ces petits marquis ricanants ne se fassent pas plus souvent rosser par leurs "têtes de turc".

Radio et télévisions sont envahies de personnages gloussants, haineux, odieux, injustes, rigolards, cruels et impitoyables. Ils lisent sur leur prompteur un petit texte dans lequel des cruautés ciselées occupent chaque ligne. Et leur confrère de rire et applaudir.

Il y en a qui sont devenus célèbres rien qu'avec ces "pastilles" de deux ou trois minutes quotidiennes. L'abruti qui se fait appeler Pablo Mira est, selon moi, l’archétype de ces parasites qui mériterait les claques que sa tête appelle.

Parité oblige les femmes vont au devant du succès et disputent aux chroniqueurs humoristes la palme de la bêtise satisfaite d'elle-même.

Il y a une étude sociologique à faire sur la dureté de l'époque et la profusion de comiques absolument partout. Les Français se plaignent sans arrêt de vivre dans une dictature, d'être rançonnés et de mal vivre et on les gave de rire gras et de méchancetés au kilomètre!

Partager cet article
Repost0

commentaires