Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 janvier 2020 4 09 /01 /janvier /2020 07:00

Dans la longue liste des personnes publiques auxquelles je ne trouve guère de qualité (s) figurent de nombreux "imposteurs" parmi lesquels trône Bernard Pivot.

Tout auréolé et quasi-intouchable parce qu'il soutenait autrefois le livre dans la "boîte-à-cons" personne ne s'est trop avisé qu'il est toujours allé au plus facile, à savoir servir la soupe au succès et aux happy écrivains qui, avec ou sans lui, dominaient les classements des ventes.

Je ne nie pas que certains numéros d’Apostrophes furent de grands moments ni que son plateau salon n'a pas accueilli de vrais auteurs. Je pense simplement que Pivot était un précurseur de la starisation à outrance des animateurs télé et qu'il était aux livres ce que Cymès est à la chose médicale, Plaza aux biens immobiliers et Sophie Davant au ménagères ménopausées.

Moi je n'ai pas oublié les épisodes peu glorieux des abus de biens sociaux de l'animateur star ni ses relations très intéressées avec Pierre Botton** ni  la rapidité avec laquelle Pivot a oublié ce dernier. Question élégance on a fait mieux.

Faire la courte échelle à Jean d'Ormesson et Eric Orsenna... quel courage! quel talent.

Pourquoi parlais-je de Bernard Pivot alors que ni le foot ni le vin, ses deux pôles d'intérêt principaux hormis lui-même ne sont en cause? à propos de la façon peu élégante (on y revient!) avec laquelle il prend ses distances avec l'écrivain Gabriel Matzneff qu'il reçut jadis* avec complaisance, complaisance qui lui est reprochée aujourd'hui et dont il se défend avec cet argument classieux, il dit en substance: "Personne ne disait rien sur ses apologies de la pédophilie, pourquoi aurais-je dû le faire"...

Ce n'est plus une dictée ce n'est pas un sujet d'épreuve philo du Bac, c'est juste Pivot qui se débine, j'allais écrire comme d'habitude.

 

* Pierre Botton, gendre de l'ex-Maire de Lyon Michel Noir était un homme d'affaires aux deux sens du mot "affaire". A trop tirer sur les cordes de l'enrichissement personnel il est tombé et, chose rarissime, a même fait de la prison. Dans ses mémoires il raconte comment Pivot (et Poivre, tiens! comme le monde est petit) profitait de ses largesses et a disparu de sa vie du jour au lendemain dès que ça a mal tourné pour lui...

** à 6 reprises dans "Apostrophes" selon "Quotidien".

 

Partager cet article
Repost0

commentaires