Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 février 2020 5 21 /02 /février /2020 07:00

La jambe et son attelle posées sur un coussin j'ai regardé une émission de télévision ("Secrets d'Histoire" 17/02/2020) à la télévision. Elle est vaguement présentée par un émule de Jean Nohain qui s'esbaudit sur tout et manie le superlatif comme d'autres l'injure ou la grossièreté: Stéphane Bern.
Ce garçon-là a dû avoir une enfance et une adolescence difficile! bien qu'il soit plutôt "érudit" et qu'il travaille (une rareté dans  cet univers) ses sujets de prédilection, son sujet devrais-je écrire (les rois et les reines) l'éloignait sans doute de ses camarades...

Cette tendance qui est la sienne à admirer le mobilier et les vêtements du moments qu'une altesse les a utilisé ou portés est une monomanie amusante et qui n'est pas dangereuse à dose homéopathique.

L'émission que j'ai regardée était consacrée au fils unique de Napoléon III (que ses contemporains ironiques et républicains ont appelé Napoléon III et demi) et à ses vingt-trois années d'existence. Comme l'Aiglon une destinée un peu douloureuse une fois la fête impériale achevée et "l'extinction du paupérisme" reportée à des temps meilleurs.

Une existence vouée au culte de l'armée et de la chose militaire et une mort saugrenue sous l'uniforme rouge britannique dans une escarmouche contre les Zoulous (1879).

Bern est à son affaire et nous détaille avec gourmandise le mobilier style Napoléon III (chargé et laid), les carrosses (splendides mais un peu absurdes), les peintures de cour (no comment) et les photos et objets personnels du Prince Impérial.

Napo3 est un "gentil", il adore son fiston, Eugénie est belle, la cour est splendide, le règne "éblouissant".... et tout cela est sans doute vrai pour ceux qui en faisaient partie. 0,02% du pays, probablement.

Prenez la défaite de Sedan (1870) on nous parle des états d'âme du prince et, sans y toucher, des 1300 morts prussiens et plus de 3000 Français. Ça fait relativiser la tristesse de "Loulou", non? sans arrêt Stéphane Bern ramène son sujet à l'actualité heureuse, à la chronique mondaine et au détail lacrymal.

Avant d'être un crève-cœur pour le fils de Napoléon III (qui, en autocrate l'a déclarée) la guerre de 1870 est l'effroyable "débâcle" que raconte Émile Zola dans le livre homonyme. Les violettes en émeraude d'accord mais pas que!

Déséquilibrée par ce parti-pris people et bêta on assiste non pas à une émission historique mais à une soirée d'évocation vide et ronronnante.

Rien qui donne l'envie d'approfondir et de (re) découvrir ce régime qui fut le dernier avec souverain de notre Histoire. Pas si  loin que cela puisque l'ex-impératrice Eugénie est décédée en 1920, il y a cent ans.

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires