Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 mars 2020 4 19 /03 /mars /2020 07:00

C'est sur; il faut se pincer pour croire ce que l'on voit. ce silence en cœur de ville, ce ciel bleu printanier et le chant des oiseaux qu'on disait disparus. Passent sur la digue quelques joggeurs, un pilote impavide de trottinette électrique et la dame sans âge qui tient une sorte de chien délavé au bout d'une laisse.

Un avion décolle de temps en temps de Blagnac qui est redevenu cette ville rétrécie qu'on ne traverse qu'en vitesse pour aller à l'aéroport.

Oubliées les dernières grosses pluies, la Garonne a repris sa belle couleur toulousaine et plus aucun aviron ne la parcourt. (et donc plus de petits bateaux oranges à moteurs sur lesquels le moniteur impatient hurle ses consignes aux équipages)

Le tramway continue de passer en bas, sous ma fenêtre de bureau, aux trois quarts vides. Ses quelques passagers ont toujours la tête penchée sur leur écran de téléphone.

Les arbres se colorent tout doucement de vert et les saules ont ont pris de l'avance.

Sous un soleil rassurant chacun, on le devine, tourne en rond dans sa maison ou son appartement. De la musique sort parfois des fenêtres. On l'entend nettement car les voitures ne la couvrent pas.

Des éclats de voix amusés et des rires montent de l'immeuble. L'ascenseur est silencieux et se fait oublier.

Ces débuts de confinement sont à la fois surprenants (songez à ce qu'était notre quotidien il y a encore 3 ou 4 semaines!!) et rassurants (oui, "rassurants"): nous avons compris, et prenons les choses avec calme et philosophie.

Il est vrai que nous ne sommes qu'à J+2.

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires