Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 avril 2020 5 24 /04 /avril /2020 07:00

Autour de moi (et chez moi également) ce ne sont pas les couples mariés qui craquent mais les paires frère -sœur, frère-frère ou sœur- sœur. Il semble que les contentieux familiaux s'exacerbent avec l'âge et que le temps des concessions ne suive pas la courbe des âges.

Je n'entends parler que de "frères qui ne se parlent plus" et de sœurs fâchées. Des fratries entières se déchirent, parfois pour des questions d'argent, d'autre fois pour des "préseances", pour des questions de rang social ou des vieilles histoires oubliées mais pas soldées.

Personne ne veut céder et les situations se tendent au point de craquer: que celles et ceux qu'on appelle "pièces rapportées" s'en mêlent et la rupture est consommée.

Avoir vécu les vingt premières années de sa vie avec quelqu'un n'est pas un sauf conduit pour les vingt-quarante-soixante suivantes. Loin de là. Des regrets, des non-dits, des situations subies, des traumatismes parfois font du frère ou de la soeur un témoin parfois gênant d'un passé qu'on s'est efforcé de recouvrir par une autre vie.

On a effacé ce qu'on était et ces témoins vous le rappellent par leur seule existence. Comme, en plus, la conversation entre membres d'une même fratrie roule naturellement vers les parents et le passé (deux sujets haute-tension) les éléments d'une conflagration sont là. Ne manque que l'étincelle.

De bonne foi sans doute certain(e)s ont réécrit "notre" enfance et enjolivent diplômes, CV ou histoire personnelle. C'est véniel mais agaçant. Si cette réécriture du passé leur fait vous "regarder de haut" le clash est assuré. Notre mémoire, en effet, n'a pas inventé ce qu'elle contient et qu'ils ou elles nient.

Une des caractéristiques les plus ennuyeuses de toute fratrie c'est la difficulté qu'elle a à surpasser les relations fondées en interne à l'origine. Le vieillissement puis la disparition des deux parents rallume souvent des contentieux pénibles.                                            Les caractères et traits de personnalité des uns et des autres restent valables des années après en faisant fi des évolutions et des influences (et des choix) de chacun. La timide restera la timide même si elle est devenue conférencière et le don Juan restera  un homme à femmes même s'il est d'une sagesse monastique. (NDLR: ce dernier cas est peu avéré!)

A l'heure des réseaux sociaux, des amitiés à durée limitée et des vies allongées les rapports entre frères et sœurs n'ont plus de solides raisons d'exister et de durer. Pourquoi maintenir un lien avec une personne qui penche à l'extrême-droite et défend des positions religieuses telles que le refus du divorce et l'horreur de l'avortement si on est athée et Insoumis?

C'est un cas un peu outré mais possible. Rassurez vous, il y a des fratries qui fonctionnent mais ce ne sont pas celles dont j'ai choisies de parler

Pourquoi avoir des contacts avec ce frère qui fait du mal à sa femme et à ses enfants? pourquoi donner du temps à cette femme aigrie et mythomane qu'est devenue une telle?

L'allongement de la durée de la vie fera de notre génération celle qui aura eu à affronter l'extrême vieillesse de nos parents et celle de nos frères et sœurs.

Merci du cadeau!

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires