Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 avril 2020 5 17 /04 /avril /2020 07:00

On pourrait sans exagérer qualifier le vingtième siècle le "Siècle des Charniers" tant les meurtres de masses ont été perpétrés à une échelle jamais vue dans l'histoire de l'Humanité.

La chaîne "Histoire" dans une belle et intéressante série documentaire consacrée au "KGB" (de la Tchéka au FSB, plus de 100 ans d'arbitraire et d'abominations) a rappelé que si le nazisme a été l'insurpassable machine à tuer jamais inventée il s'est, pour la technique du meurtre de masse, largement inspiré des méthodes de Lénine et de Staline.
Jusqu'aux camions à gaz que les soviets ont inventés!) a rappelé à quel point il est facile de déporter, torturer, déshumaniser, faire souffrir et tuer son semblable.

Pour qui veut connaître l'âme humaine et les capacités meurtrières de notre espèce (je ne parle pas des guerres qui semblent être à l'humanité ce que les ailes sont aux oiseaux et les nageoires aux poissons, indissociables) je rappellerai que le siècle a commencé avec le génocide des Arméniens par les Turcs et s'est achevé sur celui des Tutsis au Rwanda.
Entre temps des Ukrainiens aux Chinois et des juifs aux Cambodgiens ont été liquidés par millions parfois par des assassins de même nationalité qu'eux.
Parfois? souvent.

La mémoire de nombre de ces crimes de masse commence à s'estomper et notre volonté sinon de les oublier du moins de ne plus y revenir trop souvent fait que leur connaissance historique s'efface et que les causes existant toujours il est possible qu'ils apparaissent comme une "solution" à des chefs d’État dictatoriaux espérant flatter le nationalisme de leurs peuples.

On le voit régulièrement la recherche et la dénonciation de boucs émissaires n'a jamais disparu et constitue un réflexe de base d'un despote et d'une opinion sous influence.

Pour ma part je reste hanté par ces images de fusillades, de charniers, de douleurs et d'horreurs. Je garde en moi l'affreuse certitude que ma génération n'a non seulement pas été meilleure que celles qui l'ont précédées mais pire je suis persuadé que "la bête immonde", religieuse, collectiviste ou raciale est aux aguets, prête à rallumer les bûchers et à faire cracher les mitrailleuses au bord des fosses communes.

PS: pour rester dans le propos le 17 avril 1975, il y a 45 ans les Khmers rouges entraient dans Phnom Penh, inaugurant un règne de génocide proprement stupéfiant.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires