Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 avril 2020 1 27 /04 /avril /2020 07:00

J'apprends que le virus est responsable de la mort de 50000 Américains en moins de 3 mois. Je revois le pathétique et ridicule président Américain, Donald Trump, lors d'une de ses conférences de presse quotidiennes (en réalité un show mythomane) parler de "virus Chinois" puis en contester la dangerosité, espérer que les églises soient ouvertes à Pâques, parler de ses "intuitions" et appeler de ses vœux mais avec véhémence la reprise de l'économie, quel qu’en soit le prix en vies humaines.

Ce président là est, de mon point de vue, une catastrophe, un accident, une énigme, un danger.

Que le pays le plus puissant du monde se soit livré à cet homme égotique, gouverné par ses humeurs, haineux et jaloux est en effet une calamité en ces temps incertains.

S'il n'était que ridicule on supporterait ce milliardaire fat et menteur mais ses défauts personnels, sa courte-vue, sa méconnaissance du monde, son inculture et ses partis-pris de "petites gens" l'amènent à prendre des dispositions qui fragilisent le monde et donnent des signes de faiblesse que s'empressent d'utiliser les dictateurs tels Poutine, Kim et d'autres.

Nous avons tort, j'ai tort de ne voir en lui que la caricature qu'il représente. Son action est approuvée mordicus par un socle inébranlable de plus de 40% d'électeurs américains, pas la frange la plus réfléchie.

Sa politique, depuis son entrée à la Maison Blanche est désastreuse sur le plan extérieur: qu'on se souvienne de ses gesticulations inutiles avec la Corée du Nord, des provocations de la Chine, de la déstabilisation dangereuse de l'Iran, de son éloignement de l'Europe et de ses remises en cause des grandes institutions internationales (OTAN, OMS).

A l'intérieur les choses sont plus compliquées et son niveau de soutien  -élevé jusque très récemment- montre qu'il est moins rejeté chez lui et que l'absurdité de ses actes et le grotesque de sa personne sont moins perçues chez lui qu'ailleurs.

Espérons que la crise du Coronavirus, les nouveaux 28 millions de chômeurs, ses "bourdes" dans l'analyse de la pandémie et l'image qu'il donne de lui empêcheront sa réélection.

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires