Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 juin 2020 3 10 /06 /juin /2020 07:00

Une fois n'est pas coutume. J'exprimerais ma lassitude de voir le mot "résilient" écrit dans un article sur deux et le concept (de Boris Cyrulnik) mis à toutes les sauces par un post au titre volontairement grossier.

A l'origine le bon docteur Cyrulnik avait utilisé ce mot pour désigner celui qui d'une tragédie dans sa vie s'était appuyé sur celle-ci pour la dépasser et être fort grâce à ses faiblesses. C'était le concept qui allait avec la sentence de Nietzsche mille fois exprimée: "ce qui ne me tue pas me rend plus fort".

Résilient Boris Johnson qui est passé en réanimation-Covid, résiliente l'industrie automobile Française qui a vécu deux mois d'arrêt complet... tout est résilient que ç'en devient ridicule.

C'est comme l'expression "(ne pas) jouer le jeu" qu'on entend à tout bout de champs. C'en est devenu un tic de langage. Peut-on, comme je l'ai entendu, dire que Donald Trump ne joue pas le jeu du consensus? c'est absurde et agaçant. Une facilité.

Ces expressions comme "marquer contre son but", "jeter le bébé avec l'eau du bain", "faire d'une pierre deux coups", "jouer au billard à trois bandes" etc sont désormais tellement utilisées qu'elles sont vides de sens et servent à masquer l'indigence de la pensée.

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires