Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 octobre 2020 3 07 /10 /octobre /2020 07:00

On ne se rend pas compte à quel point cette pandémie modifie en profondeur -du moins le semble t'il- une grande quantité de nos habitudes de vie.
Nous ne nous serrons plus la main et nous ne nous embrassons plus. Nous trouvons "normal" que quelqu'un désinfecte devant nous ce que nous avons touché ou même simplement frôlé. Nous ne nous cabrons pas lorsqu'un cerbère masqué nous intime l'ordre de nous passer les mains à la solution hydro-alcoolique.

Nous nous y sommes faits. Et ces gestes quotidiens répétés se sont imposés sans trop de mal. On regarde de travers une personne qui tousse ou éternue (et pourtant l'inconfort du masque est souvent le responsable direct), on se savonne hystériquement les mains au retour à la maison.

J'ai vu des objets apparaître qui n'existaient pas avant le COVID.19, une sorte de fourchette permettant d'allumer une lumière, appuyer sur une sonnette ou ouvrir une fenêtre entre autres.

Ce qui est plus pénible est la cohabitation avec des "intégristes" de la maladie. Je veux parler de ces gens qui voient le virus partout, qui ont inventé les gestes clôtures, beaucoup plus astreignants que les gestes barrières et qui vous font bruyamment des remarques si par malheur vous êtes en faute. Ceux-là je les déteste et vois en eux les agents impitoyables qu'ils auraient été à la Stasi ou au KGB. 

Je disais qu'on s'y fait à la longue mais les salles de cinéma vides et la désertion de restaurants où l'on n'a plus que le choix entre deux entrées et deux plats que l'on sélectionne sur son téléphone rend la sortie insipide.

Cette crainte de l'infection (pourtant anodine pour la plupart de ceux qui en sont atteints) doublée par la crise économique fait que la période est remplie d'anxiété et de mauvaise humeur.

Vivement que le vaccin soit trouvé!

 

Partager cet article

Repost0

commentaires