Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 octobre 2020 1 12 /10 /octobre /2020 07:00

J'ai regardé, en différé, le documentaire implacable sur la décolonisation. J'ai constaté que j'en savais peu sur la "mission civilisatrice" de la France et guère plus sur la fin de  l'aventure.

On pourrait d'ailleurs écrire les mots "colonisation" et "décolonisation" au pluriel même si les grands traits qui caractérisent la présence française ailleurs ont été les mêmes: la certitude d'être dans son bon droit, l'aveuglement, la brutalité, la bêtise et l'incurie.

Certes nous n'étions pas les seuls et l'idée coloniale a été partagée par les grandes puissances d'alors tandis que chacun, Grande-Bretagne incluse, essayait de sortir de l'expérience le moins tragiquement possible.

Inutile de dire que "ça n'a pas marché". Est-ce utile de dire que la France s'en est encore plus mal tirée que les autres? les militaires, au sortir de la seconde guerre mondiale, ont appliqué les pires méthodes de celle-ci: destruction de villages entiers, politique des otages et des "collaborateurs" (qu'on abandonne une fois le combat perdu...), fusillades aveugles, "exemples", massacres de civils et usage d'armes monstrueuses (mines personnelles, napalm...).

La République n'est pas si "bonne fille" et peut, lorsqu'elle est acculée, se conduire en soudarde criminelle. Nos militaires galonnés ont de beaux habits et des gants blancs mais ils tuent (et font tuer) sans états d'âme.

"On" savait pour Charonne, "on" avait entendu parler de Sétif et de Madagascar et s'il reste une sorte de flou autour des "évènements d'Algérie" la brutalité de nos adversaires d'alors ne justifie pas les exactions de la France sur place.

Voir les discours de l'époque rendait en particulier de Gaulle et de Mitterrand nettement moins admirables. Quel acharnement, quelle stupidité!

Ce documentaire en deux parties (la seconde 1954-1962 était encore plus  insupportable et je n'oublierai jamais l'opération de "ratissage" en Algérie avec meurtres de villageois en direct avec balle dans la tête pour les achever) m'a ouvert les yeux sur une réalité qui, il faut bien le dire, ne m'intéressait pas beaucoup et dont on parlait très peu.

Les combats idéologiques interminables, les affaires ignobles (Georges Boudarel), les bonnes et mauvaises consciences et la  sensation qu'il n'y avait rien de beau à découvrir ont fait que le discours officiel est pratiquement devenu l'Histoire de la décolonisation.

Sans battre sa coulpe pour des faits qui se sont déroulés il y a plus de cinquante ans il est nécessaire et même indispensable de s'informer sur cette affaire et de ne plus véhiculer les mensonges d'état.

On le doit aux innombrables victimes des camps opposés.

Partager cet article

Repost0

commentaires