Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 décembre 2020 1 21 /12 /décembre /2020 07:00

Sur l'une des deux chaînes de télévision "Histoire" j'ai été "scotché" par le documentaire consacré à la "Révolution" Roumaine de 1989. Ce film rappelle ces évènements bouillonnants qu'on a vécus en direct et dans leur jus et qui, alors même que les évènements se déroulaient laissaient une vague mais persistante impression de manipulation à grande échelle. Il faut revoir Guillaume Durand, Poivre, Ockrent, Pernaud et Amar avec 30 ans de moins pour ne plus leur accorder la moindre crédibilité et, pire encore, le moindre professionnalisme.
Avaient-ils, ont-ils des "excuses? oui, un peu. Mais pas beaucoup. On se souvient que les pays du glacis communiste, les "démocraties populaires" (qui n'étaient ni démocraties ni validées par le peuple) se sont toutes à peu près en même temps et avec l'autorisation de l'URSS de Gorbatchev, libérées du joug qui les opprimait. Seule la dictature ubuesque mais cruelle des Ceaucescu semblait résister au mouvement de libération des peuples qui parcourait ces pays trop longtemps asservis.

Il y avait, dans l'inconscient des pays témoins de ces changements prométhéens une frustration: que sont ces révolution pacifiques? ces tyrans chassés qui fuient sans massacrer leurs ressortissants?

Tout le monde et les médias Français (TF1 privatisée depuis 2 ans, la 5 de Berlusconi emportée dans une folie commerciale...) attendaient des effusions de sang, du drame, bref un feuilleton de Noël sanglant.

Ion Iliescu, apparatchik communiste adepte de la Perestroïka et Gorbatchevien bon teint a pris le pouvoir en coulisses et a compris qu'il fallait mettre en scène un drame local pour asseoir sa "légitimité". Il a donc ordonné la prise de la Télévision roumaine qui est devenue un foutoir télégénique que les médias Français ont relayé sans recul. 
Fausses infos:  le "charnier" de Timisoara (en fait une vingtaine de cadavres exhumés de l'Institut médico-légal), rumeurs infondées, provocations, images réinterprétées, commentaires délirants.... Tout l'hexagone a vibré aux accents shakespeariens de la révolution roumaine.

Et nous fûmes gâtés! on disait génocide, milliers de morts, tortures, on assistait au procès (!) du couple de tyrans puis, en point d'orgue, à leur exécution sommaire et même à leur inhumation nocturne à la sauvette, la dramaturgie était grandiose et rien ne manquait.

En fait une Révolution de palais plutôt économe en sang versé et qui ne méritait pas cet emballement médiatique sans mesure et sans égal.

A l'époque mon fils était à la maternelle avec la fille aînée de Jean-Louis Caldéron, journaliste de la 5 qui perdit la vie à Bucarest le 23 décembre 1989. Ce fait dramatique légitima, à mes yeux, la couverture des évènements roumains tout en laissant un sentiment de manipulation que je n'ai jamais approfondi et que ce document, visible en replay, a résuccité et conforté.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires