Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 décembre 2020 3 09 /12 /décembre /2020 07:00

Je n'ai jamais été inconditionnel de Renaud et n'ai que peu de goût pour son œuvre. Je lui reconnais cependant un sens de la formule qui frappe, un vocabulaire personnel et imagé et une chanson ("Mistral gagnant") qui ne me déplaît pas.

Depuis toujours j'ai une faiblesse, que dis-je une faiblesse? un goût immodéré et anachronique pour les sucreries, les bonbons, les chocolats, les dragées, les lokoums, les bêtises de Cambrai, les berlingots, les sucres d'orge, les fruits confits, les pâtes de fruits, les cachous, la réglisse, l'anis, les guimauves, et j'en oublie.

Ça vient de très loin, de chez mes parents, sur la table du salon desquels trônait un drageoir sur pied contenant des sucettes ("Pierrot gourmand"), des "Stoptoux" ou des sucres d'orge acidulés.

Quand nous ne dévalisions pas le placard du petit déjeuner en ressortant de la cuisine la bouche pleine de "Tonimalt" (une poudre chocolatée maltée que rappellent (un peu) les barres vitaminées "Ovomaltine" indispensables qu'un randonneur sérieux a toujours dans son sac, nous allions discrètement en soustraire un(e) ou deux, en essayant de ne pas trop faire baisser le niveau...

Aujourd'hui encore j'achète des boules de gomme (à la pharmacie, ça fait plus sérieux!) ou des ballotins de "Gianduja" et seulement eux chez Léonidas. Je m'offre aussi des Calissons d'Aix, de la pâte d'amande, des Turons  durs ou mous, des caramels qui ne le sont pas moins et une spécialité belge que j'ai fait venir à Toulouse, les bonbons au café, les Hopjes.

Les "Mistral gagnants" de Renaud ont été remplacés par une génération de bonbons "piquants" qui se déclinent sous toutes les formes. Je n'en suis pas fou. Pas plus des bonbons touristiques à la violette.

Je garde un souvenir vif des "têtes de nègre" (sic) à 0,01F qu'on achetait à la sortie de l'école, rue Gustave Zédé ou des "pochetons" à 1 Franc de chez Béchu, à Victor Hugo (Paris 16ème).

J'ai aussi, chez moi, un bocal toujours rempli de sucreries avec un alibi décoratif prêt à servir.

Partager cet article
Repost0

commentaires