Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 décembre 2020 3 23 /12 /décembre /2020 07:00

Je re-publie ce post du 3 mars dernier qui exprimait déjà mon sentiment à propos du "Monde du spectacle" qui a dépassé les bornes de la décence ces dernières semaines. J'assume!

 

Chiant comme les César.

Revenons un instant sur la "soirée des César" de cette année. Notons au passage que le jugement s'applique parfaitement aux "Molière", aux Palmarès du Festival de Cannes, aux "Victoires" de la Musique (classique et de variétés), aux "Oscar" et à toutes ces remises de trophées aux "professionnels de la profession": on s'y emmerde ferme parce qu'il n'est pas possible de faire autrement.
Petits déjà les remises de prix et autres tableau d'honneur ne nous intéressaient que si notre nom était cité dans un rang élevé...

L'inflation de prix et de remises de hochets au plus obscur des machinos, la litanie de remerciements, les faux suspenses, les gaffes, les textes convenus et les plans de caméra évidents rendent ces manifestations assommantes. Quand on en a vu une ( à fortiori 3 ou 4) on les a toutes vues.

Et cette cérémonie des César est sans doute -avec Cannes- la plus ennuyeuse: le spectateur est "exclu" de la soirée: il assiste, comme un valet, à la récréation des puissants. il voit des riches faire étalage de leurs privilèges et est contenu physiquement par des barrières et un service d'ordre, moralement par un vocabulaire et des mœurs le maintenant loin. Un paysan débarquant au "petit lever" du Roi Louis XIV donne l'idée qui existe de la distance entre ces jargonneux du cinéma et le public.  D'autant que pour continuer sur la comparaison avec l'ancien régime, des dynasties cooptées trustent désormais les casting..

Ecartés les spectateurs? ô, pas tous... les lecteurs de Télérama et ceux des "Cahiers" croient faire partie du jeu parce qu'ils aiment les mêmes choses absconses et politisées mais ils sont dans l'illusion. Ils ne votent pas pour les sélections et ne dînent pas au Fouquet's après les César.

Journalistes spécialisés (comme la dinde Eva Bettan de France Inter) et émissions consacrées privilégient systématiquement le film Kurde sous-titré en roumain ou une purge intello prétentieuse (pléonasme) vue par 12 spectateurs en France.

Ils peuvent réfléchir pendant un an la solution pour rendre attractive la "soirée des César" n'existe pas. Même réduite à une durée de 5 minutes elle sera chiante.

Évidemment ce point de vue n'engage que moi!

Partager cet article
Repost0

commentaires