Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 décembre 2020 3 16 /12 /décembre /2020 07:00

j'ai regardé les deux premières parties du documentaire de Netflix consacré à Dominique Strauss Kahn et l'affaire du Sofitel de New York. Je reste sur mes positions:

1°) DSK avait droit à la vie privée qu'il voulait du moment que ses partenaires étaient consentantes et que ses "conquêtes" ne le soient pas à la faveur d'un chantage.

2°) les réactions de l'état-major socialiste et des médias les plus influents ont été au choix abjectes, pitoyables, honteuses, misérables et méprisantes. Leur "grand homme" pouvait "trousser des domestiques" (Jean-François Kahn) avec ou sans leur consentement il était tellement brillant que cela ne prêtait pas à conséquence.

A ce jeu les plus répugnantes réactions viennent, sans qu'on s'en étonne, de Jack Lang mais aussi de Ségolène Royal, d'Elizabeth Guigou, de Jean-Christophe Cambadélis ou de Pierre Moscovici et Claire Chazal. Elles sont, des années après, accablantes.

Quant aux médias, dans un premier temps, tous sont sur la même longueur d'ondes à savoir que le possible "futur Président" n'avait pas pu faire ce que les Américains (sous-entendu "des ploucs à peine civilisés") lui reprochaient. C'était, selon eux, un coup-monté et on montrait le Président Sarkozy comme possible sinon probable organisateur.

La victime (de viol tout de même...) ne recueillait que sarcasmes (elle est bien laide) ou mépris (quand on est marié avec Anne Sinclair on ne viole pas Nafisatou Dialllo). Abject vous dis-je.

Ecoeurant et révoltant.

Et que dire de ces avocats américains qui salissent la victime, qui écrasent l'affaire sous le fric? de la justice, ça? DSK avait déjà eu des "alertes", celles-ci ayant été évacuées et le Directeur du FMI ripoliné de frais il avait dû finir par se penser intouchable.

L'affaire Hongroise a certainement conforté ce sentiment d'impunité chez un homme qui avait, semble t'il, perdu le sens des réalités.

Je n'ai pas regardé les deux autres parties du documentaire. Les communicants du présumé innocent et cependant grand homme me révulsent. Il y a mieux à faire!

Dommage pour Raphaële Bacquié qui, à ma surprise semble mal juger DSK après avoir écrit une biographie assez complaisante du directeur de Sciences -Po dont la vie n'était pas tellement plus scandaleuse...

Partager cet article
Repost0

commentaires