Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 décembre 2020 1 07 /12 /décembre /2020 07:00

Je lisais récemment des extraits on line de deux livres signés Jérôme Garçin, oui, celui du "Masque et la plume" de France Inter. L'homme ne m'est pas antipathique mais je le trouve trop "mondain", trop "vedette". Aujourd'hui, avec ce langage fleuri et riche qui caractérise notre époque, on dirait "qu'il se la pète".

C'est du moins l'impression qu'il me donne. Dans "le dernier été du Cid" paru il y a déjà un an il raconte les dernières semaines de la vie du comédien Gérard Philipe décédé d'un foudroyant cancer du foie il y a soixante ans. s'il avait vécu, l'acteur aurait peut-être été le beau-père de Jérôme Garçin dont il a épousé la fille, Anne-Marie.

On ne juge pas un livre sur quelques pages mais celles que j'ai lues m'ont parues intéressantes et moins emphatiques que je m'y attendais. Il y a admiration, connaissance, respect et distanciation dans ces lignes, quatre aspects de bon augure.

Dans "Olivier", le livre qu'il avait consacré à son petit frère-jumeau mort à l'âge de six ans en 1962, il y a tout ce que le chagrin et le temps donnent aux souvenirs: le regret et l'embellissement. La mort, surtout lorsqu'elle intervient dans d'aussi terribles circonstances (l'enfant a été renversé par une voiture), fait réécrire l'Histoire en la nimbant d'une beauté funèbre qui n'aurait aucune raison d'être si la circonstance n'avait eu lieu: en d'autres termes les relations  entre frères auraient aussi bien pu être distantes et chaotiques si la voiture ne l'avait pas tué.

Je ne découvre pas la pierre philosophale en écrivant que la mort donne à ses jeunes victimes une aura qui les élève au rang de mythes, familiaux ou pas.

Je ne suis pas favorable à ces publications d'extraits de livres sur Internet: ils en disent trop sur le livre en question et donnent rarement envie de l'acheter pour le lire en totalité.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires