Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 janvier 2021 1 11 /01 /janvier /2021 07:00

Dans cette affaire de pandémie, au doigt mouillé, le pays ne s'est ni bien ni mal comporté il s'est en fait comporté comme la France toujours se comporte. Nous n'avons pas (assez) tenu compte des exemples extérieurs. Nous avons, une fois encore, été victimes des pesanteurs de notre propre administration, de nos propres administrations. Nous avons été en retard pour les prises de décision, nous avons cru que la "communication" masquerait nos manques et nous n'étions pas prêts.

Du fait de cette maudite constitution à caractère monarchique nous en avons voulu au Président du manque du moindre écouvillon, du manque de masques et maintenant de vaccins. Les ministres, comme représentants du "Chef" ont été aussi tenus pour responsables de tout ce qui n'a pas marché.

L'opposition (les oppositions) n'a surtout pas voulu de trêve et a, au contraire, soufflé sur le moindre brandon dans l'espoir d'incendier tout. On a donc entendu des critiques ahurissantes venant de vieux chevaux de retour qui ont largement fait leurs preuves en "gouvernant", avec le brio que l'on sait, ce malheureux pays qui n'en demandait pas tant. A ce jeu Hervé Morin, minuscule moucheron centriste a décroché la timbale. Autre critique systématique, le faux jeune-homme aux idées de la droite de l'extrême droite Jordan Bardella qui est le Rassemblement National à lui tout seul.

Personne ne nie que la France s'est vautrée dans sa "gestion" de la pandémie. Mais comment faire différemment avec un pays dépressif, sombrant dans le complotisme et rejetant toute solution pragmatique pour revenir au temps des druides? les sondages accablants nous montrant moins de 50% de Français prêts à se vacciner relativisent la faute gouvernementale.

Reste que cette crise, qui est loin d'être achevée, a une fois encore souligné l’archaïsme de notre Constitution qui fait tout reposer sur les épaules d'un homme censé tout savoir et tout connaître. L'opposition est contrainte, pour exister, de radicaliser ses positions et ses critiques faute de pouvoir s'exprimer vraiment au Parlement. Et ainsi de suite jusqu'à ces fonctionnaires de haut-rang, non élus et qui décident de tout.

N'oublions pas, dans nos reproches, les médias (et, parmi eux, singulièrement cette aberration de télévision permanente (cf BFM TV) qui non seulement n'informe pas mais désinforme sciemment. On se souviendra longtemps de ce défilé de sommités se contredisant et préconisant le contraire de ceux qui les ont précédés sur les plateaux.

Cette pandémie qui aurait pu être l'occasion d'Union Nationale est évidemment devenue matière à foire d'empoigne gauloise dans laquelle l'odieux l'a disputé au ridicule.

Et nous n'en sommes pas sortis...

Partager cet article
Repost0

commentaires