Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 janvier 2021 4 14 /01 /janvier /2021 07:00
"On va casser du Kanak"

Un peu par hasard, ou plutôt par chance, j'ai découvert un livre ("Kanaky" de Joseph Andras, éditions Babel) dont je viens d'achever la lecture et que j'ai trouvé formidable, extraordinaire, remarquable et renversant. Ces quatre adjectifs étant ceux qui me sont venus en tête le plus rapidement mais n'étant pas exhaustifs.

Livre magnifiquement écrit il est à la fois un récit vécu, un livre d'Histoire, un traité politique, une réflexion philosophique et un mausolée d'écriture à l'attention d'un jeune homme, Alphonse Dianou, un ancien séminariste, adepte de la non-violence qui finit par prendre les armes dans l'attaque d'une gendarmerie puis La prise d'otages de la grotte d'Ouvéa entre les deux tours de la Présidentielle Française de 1988.

Distordu par les présupposés politiques métropolitains la réalité du terrain et la question de l'indépendance de la Nouvelle-Calédonie ont masqué les affrontements plus feutrés (mais impitoyables) que brutaux entre les protagonistes des élections en France (à savoir François Mitterrand œuvrant pour sa réélection et son premier ministre de cohabitation Jacques Chirac qui a cru pouvoir l'emporter en menant un combat colonial d'arrière-garde que l'on pourrait traduire par la phrase prononcée par un militaire au moment de l'assaut de la grotte: "On va casser du Kanak") et les antagonismes locaux.

Le livre montre combien l'idée de l'indépendance est forte et ce qu'elle recouvre: dignité, justice, Droit etc. Il montre également l'engrenage tragique des évènements, les responsabilités et la part de racisme qui, une fois sollicitées créèrent la situation qui ne pouvait déboucher que sur un drame (19 morts dont des exécutions sommaires et même des tortures).

Des hommes comme F.Mitterrand, J.Chirac et surtout Bernard Pons ont sciemment jeté de l'huile sur le feu et se sont servis d'une cause juste en la niant pour servir leurs propres intérêts.

Malgré la révolte que certains passages du livre font naître chez le lecteur; le parallèle entre la "pacification de l'Algérie" et les "évènements" de Nouvelle-Calédonie, la violence de la répression, le comportement de certains et l'absurdité morale et intellectuelle de cette colonisation qui refuse son nom, le livre est un hymne à la beauté du pays, à ses habitants "naturels", à leurs mœurs et à leur combat. 

Superbement écrit et composé -je le répète- il fait prendre conscience de l'anormalité de la situation et des conditions faites aux Kanaks. Il prend leur parti mais sans prosélytisme ni sectarisme, comme une évidence qui m'a convaincu. Il y a des pages sur la non-violence (avec Gandhi et Martin Luther-King) et le combat armé (Che Guevara) qui sont éclairantes et donnent envie d'approfondir le sujet.

Quant au personnage principal du livre c'était un homme digne.

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires