Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 février 2021 4 18 /02 /février /2021 07:00
Le philosophe à poil.

Quand j'ai à nouveau appris la mort de Jean-Claude Carrière (il avait déjà, par erreur, été annoncé décédé il y a 3 ou 4 ans) j'ai à nouveau été peiné parce que je l'appréciais beaucoup. 
C'est l'un des rares hommes "public" dont je reconnaissais la voix et avec qui, à coup sur, j'allais passer un bon moment en le regardant et l'écoutant. Il était l'archétype de l'érudit mais d'une espèce rare: non seulement on ne s'ennuyait jamais avec lui mais on se sentait intelligent tant il faisait attention de ne pas jargonner inutilement ni d'être trop pris par son sujet. On a, à son endroit, parlé de "conteur", et c'était ce qu'il était. On est en peine de trouver d'autres noms dans cette catégorie qu'il semblait seul à illustrer.
Qu'il parle de cinéma, de musique, de littérature, de civilisation ou de tout autre sujet son discours était captivant et donnait envie d'approfondir le sujet et, ce qui était source de plaisir, de lire le livre qu'il avait écrit à ce moment là.

C'était un homme calme, souriant, "bienveillant", patient et toujours intéressant: de ce fait les radios et les télévisions l'invitaient volontiers, certaines que leur émission serait relevée par sa présence d'oncle savant ou de grand père cultivé et captivant.

Bien entendu c'était un homme public et il devait y avoir un autre Jean-Claude Carrière privé que je m'imaginais assez semblable à l'auteur de tant de livres que j'avais aimés.

Entre autres je savais qu'il avait collaboré avec Luis Bunuel qui n'avait pas le profil d'un bigot se choquant facilement et qu'il avait écrit une pièce (que j'avais vue) dans laquelle il citait toutes les manières de désigner le sexe "les mots et la chose".  Le sexe comme la cuisine et les bons vins ne sauraient être négligés par un épicurien.

Mais, allez savoir pourquoi, la photo de lui, nu, posant pour sa femme américaine m'a fait penser que l'homme célèbre était amputé d'une importante part de lui-même que ce cliché (laid) dévoilait un peu. Une sorte de coulisse. Pourtant le décor de la photo est beau et intrigant, européen même bien que pris aux USA. 

Le cliché a été publié 3 ou 4 jours après sa mort: il n'ajoute rien à sa légende. Pire, il la désacralise. Je ne suis pas pudibond et encore moins "choqué", je trouve juste que cette photo -qu'il revendiquait paraît-il- ne le "sert" pas. 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires