Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 février 2021 3 17 /02 /février /2021 07:00

Je ne reviendrais pas (aujourd'hui...) sur ma passion pour Eric Blair (alias George Orwell) qui est un écrivain parmi mes favoris. J'aime presque tout de lui (à l'exception de "Une fille de pasteur" sans relief et "Hommage à la Catalogne" trop touffu.

Un autre écrivain du vingtième siècle suscite chez moi une profonde admiration. J'ai commencé la lecture d'une biographie d'Arthur Koestler et, sujet  aidant?, je suis passionné, ébloui, renversé etc. par la qualité du travail de l'auteur et celle de l'homme qu'il a choisi de "disséquer".

Je connais moins l'œuvre de Koestler que celle d'Orwell mais des livres comme "Spartacus" ou "le cheval dans la locomotive" et "La lie de la terre" m'avaient impressionné. 
...pour ne rien dire du plus célèbre de ses écrits: "le zéro et l'infini" qui m'a profondément marqué.

La biographie en question "l'Homme sans concessions Arthur Koestler et son siècle" par Michel Laval (Calmann-Levy, 2005) est, j'insiste, magnifique et brillante. Les deux totalitarismes mortifères du vingtième siècle y sont décrits avec une intelligence et une clarté qui m'ont sauté aux yeux. J'avais presque envie de tout souligner tant les formules sont percutantes et tant elles font mouche. 

Je savais que Koestler, comme tous les visionnaires, avait été calomnié et persécuté de son vivant et qu'il est, très injustement, "oublié" depuis son suicide en 1983. Voilà un écrivain qui a admirablement décrit l'emprise des totalitarismes sur les individus et les pays, un homme qui a analysé ses défaillances avec lucidité, qui a réfléchi sur son époque et a su se renouveler en s'intéressant à la science et en la vulgarisant... De quoi intéresser l'honnête homme, me semble t'il!

Mais non! on préfère gloser sur les errances intellectuelles d'un Sartre, les sornettes d'un Badiou ou les élucubrations d'un Foucault...

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires