Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 septembre 2021 1 06 /09 /septembre /2021 07:00

Guy de Maupassant était un écrivain magnifique, un homme remarquable, un caractère. Le fait qu'il soit trop et mal étudié à l'école et surtout que Valéry Giscard (se faisant appeler d'Estaing) ait un jour jugé bon d'en faire l'apologie l'a relégué au rang d'écrivain sinon mondain du moins trop exposé. Les deux volumes de ses contes et nouvelles sont des best-sellers dans la collection de la Pléiade et l'on cite toujours de lui "Boule de Suif", "La Maison Tellier" et le roman "Une vie" alors que son œuvre mériterait beaucoup mieux.

La postérité est mauvaise fille qui garde le souvenir de ce qu'elle veut.

A un pic-nique récent (j'aurai pu écrire "déjeuner sur l'herbe" pour rester dans le ton) nous étions quatre sur le paréo à parler et évoquer des souvenirs sans lien entre eux. Il fut question de Véronique, aujourd'hui disparue, qui fut l'amie de M et F. Céramiste de talent, femme trompée et divorcée et qui avait souffert d'un cancer récidivant et concomitamment de difficultés financières dont elle ne parlait jamais mais qu'on devinait parfois.

Cela rappelle un peu le conte "la parure" de l'écrivain Normand.

M avait compris les difficultés de son amie et respectait son désir de discrétion. Elle offrait le restaurant, le cinéma ou d'autres choses en prenant soin de le faire à d'autres pour que cela ne se voit pas. C'est à de tels gestes que l'on voit la vraie élégance.

Véronique ne se plaignait jamais et seuls ses traits tirés et sa mine défaite alertaient sur la progression de sa maladie et sur son mal-être. Un hiver M, toutes affaires cessantes, décida de lui apporter des stères de bois pour alimenter la cheminée ou le poêle, dans son atelier où elle passait tant de temps à créer de jolies céramiques.

F, mis dans la confidence, attela la remorque après l'avoir chargée de bûches bien calibrées. "Mais comment vas-tu lui présenter ça? elle n'acceptera jamais ce qui peut se concevoir comme un acte de charité?". Effectivement, le risque existait que la fierté de Véronique soit blessée.

M et F trouvèrent la solution: "tu lui dis qu'on t'a donné le bois, qu'il y en a eu trop et que tu as pensé à elle".

Ainsi fut fait et, semble t'il, les choses furent crues ainsi.

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires