Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 septembre 2021 4 23 /09 /septembre /2021 07:00

J'ai vu l'enfer. Le vrai enfer. Pas l'enfer littéraire de Dante ni l'enfer pictural de Jérôme Bosch. L'enfer tel que les promoteurs touristiques américains l'ont conçu en pensant construire son exact contraire.

Revenons au point de départ. Un documentaire sur le "Symphony of the seas", un hideux et gigantesque bateau (j'hésite à écrire paquebot tant la boîte de conserve flottante était loin du concept) grouillant de touristes désœuvrés que l'on baladait en mer et sur terre pour leur faire oublier leur médiocrité et l'inanité de leurs vies. France 5, lundi 20 septembre diffusait ce doc qui se regardait comme on regarde un documentaire animalier: On sait ce qu'on va voir mais on attend l'attaque du crocodile, les lionnes traquant le zèbre, les lycaons se faisant voler leur proie par les hyènes et, bien sur, l'éléphant chargeant le 4X4 des amateurs de safaris.

Là on avait la préparation des bagages, le choix des paires de chaussures, l'arrivée au port de départ (Barcelone), la découverte (forcément émerveillée) du "palace des mers" (en fait un Las Vegas flottant),  l'installation de groupes-témoin,  le descriptif de l'équipement (toboggans géants, reconstitution d'une "rue" commerçante, jacuzzis, piscine, salle de sport, restaurants (évidemment pizzérias et hamburgers), tyrolienne, salles de danse, salles de spectacles, boutiques...) celui des coulisses du bateau (cave, frigos, personnel d'entretien...) puis la croisière elle-même qui, de Barcelone à Barcelone ne faisait que frôler  Marseille, les Baléares, Pise, Rome et Naples au cours d'escales affreusement courtes et pressées. Une caricature de tourisme, une épouvantable escroquerie.

Non seulement ce "promène-couillons" coûte horriblement cher mais il fait la synthèse de ce qu'il y a de pire dans notre époque: loisirs de masse, standardisation des goûts, jeux et loisirs abrutissants, pollution et gâchis, inculture crasse (il faut voir les croisiéristes danser seuls avec chacun sa musique diffusée par un casque lumineux personnel!, les visites au pas de charge de lieux bondés (Notre Dame de la Garde, Marseille, la Tour de Pise (et ses photos idiotes), Rome et la Fontaine de Trevi...) les repas et cocktails aux prix inversement proportionnels à leurs qualités gustatives, les cabines exigües et standardisées... Rien, absolument rien, à mes yeux ne donnait -même fugacement- l'envie d'en être. Au contraire! Je resterais chez moi plutôt que "voyager" dans de telles conditions.

Un passager vaguement désabusé fais d'ailleurs le constat accablant que ce bateau tient à la fois du centre commercial et du parc de loisirs. Personnellement ce sont deux endroits que je déteste et fuis!

J'avais de la peine pour cette passagère peu fortunée qui s'obstinait à rester positive alors qu'elle masquait mal sa déception devant l'industrialisation achevée de sa pauvre semaine de vacances.

On dit l'enfer "pavé de bonnes intentions". Pour moi les croisières sont certainement, avec Las Vegas justement, ce qu'il y a de pire dans notre civilisation des loisirs.

Parlez-moi plutôt d'un sentier pyrénéen croisant un lac de montagne ensoleillé. D'une forêt après la pluie ou d'une campagne écossaise sous un ciel torturé....

 

Partager cet article
Repost0

commentaires