Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 octobre 2021 3 06 /10 /octobre /2021 07:00

On dit que le Général de Gaulle piqua une crise de colère mémorable lorsqu'il réalisa que les Français allaient en masse passer leurs vacances en Espagne. Il ne supportait pas que les "veaux" (ainsi qu'il nous qualifia un jour) aillent dépenser leurs devises chez Franco. C'est à la suite de ce coup de sang que les rivages du Languedoc-Roussillon notamment devinrent ce qu'ils sont et que de Cap d'Agde à La Grande Motte une architecture pour le moins contestable, un environnement saccagé et le tourisme de masse s'ancra définitivement et que le peuple Français repassa (en partie) les Pyrénées pour poser serviettes de bains et parasols dans l'hexagone.

L'habitude était cependant prise et la Costa Brava resta et est toujours accueillante aux touristes d'ici qui trouvent sur place des prix attractifs, un bon accueil inconnu chez nous, un soleil franc et régulier, des infrastructures nombreuses et gratuites (pas ou plus de péages), un dépaysement réel et la sensation d'avoir passé une frontière, frisson assuré pour les habitants d'un pays qui aime retrouver son chez soi à l'étranger).

Nombreux sont les Français qui achetèrent des maisons ou appartements à Rosas, Figueras, Lescala, Empuriabrava, Cap Creus....

Et il faut le reconnaître, même si la rive de la Méditerranée espagnole est bétonnée à perte de vue certains endroits comme Cadaquès restent préservés.

Nos côtes sont désormais protégées et le littoral surveillé par les autorités. On ne construit plus ou pas d'immeubles barrant la vue comme pendant les 60's et 70's. Les maires ne peuvent plus accorder de permis de construire à des gougnafiers ayant uniquement la rentabilité maximum comme objectif. On respecte l'environnement, on tient compte de l'architecture spécifique du lieu et des perspectives.

Bien sur tout n'est pas rose et l'on est choqué par la laideur uniforme de certains bords de mer, en Occitanie comme ailleurs. Mais il y a une prise de conscience et des décisions allant dans le bon sens. C'est rare, il faut donc s'en rendre compte et s'en féliciter.

Et s'étonner que les "ecologistes politiques" ne soient pas plus présents sur ce terrain-là.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires