Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 novembre 2021 2 02 /11 /novembre /2021 07:00
Moi, ma copine, Napoléon III et sa famille

En 1978 je suis allé en Grande-Bretagne avec R***, mon amie de l'époque. C'était une fille adorable et drôle. Je ne sais pas ce qu'elle faisait avec moi qui, à l'époque était sans nul doute un garçon coincé et ennuyeux.

Nos roues (de voiture de location) nous conduisirent -pas innocemment- à Farnborough dans une sorte de prieuré abritant les tombeaux de Napoléon III, de l'impératrice Eugénie et du Prince Impérial. Nous discutâmes avec un moine chargé d'accueillir le (maigre) public venu en Angleterre se pencher sur la destinée du neveu de l'Empereur Napoléon 1er et de sa descendance.

Inutile de dire que son travail n'était pas des plus épuisants. Comme; à cette époque, je m'étais entiché de ce règne (pourtant funeste pour la France) j'étalais ma science et impressionnais le moine et R*** qui était plus fan de Carly Simon et de Kate Bush que d'Eugénie et la Castiglione.

Nous eûmes alors droit à une visite "V.I.P" et l'on nous présenta des effets impériaux qui ne voyaient pas la lumière du jour tous les quatre matins. Je me souviens de médailles, de soieries et de deux robes de cour en excellent état. R*** put même essayer (sans l'enfiler) une robe blanche avec pierreries qu'avait porté la dernière impératrice des Français. Étonnement quand nous constatâmes que R* et Eugénie avaient la même corpulence. J'étais, pour ma part, nettement plus grand (et moins gros) que Napoléon III.

Nous visitâmes ensuite, sans limitation de temps, la crypte de l'Abbaye St Michel qui abrite les trois tombeaux. Je pensais alors aux descriptions presque positives de l’empereur vaincu à Sedan que fait Zola (pourtant peu suspect d'être favorable au régime et à son chef) dans "La débâcle". Je pensais aussi à la curieuse et tragique destinée du "quatrième" Bonaparte et avais une autre pensée pour l'impératrice qui leur survécu jusqu'après la fin de la première guerre Mondiale et aida la République à "récupérer" l'Alsace-Lorraine raflées par Bismarck en 1871.

Notre interlocuteur, homme simple et ouvert, nous laissa seul de temps à autres. Il m'avait eu à l'oeil au début de la visite puis s'était rassuré sur mes capacités à rester sérieux.

Je terminerai par une banalité: pourquoi ne pas rapatrier les cercueils de la famille impériale? les vieilles haines sont depuis longtemps éteintes et cet homme qui a gouverné la France de 1848 à 1870 pourrait reposer "au milieu du peuple Français qu'il a (lui aussi) tant aimé".

Quand à R*** nous avons eu une relation agréable et amusante qui s'est terminée parce que je ne lui ai pas proposé d'avenir commun alors que c'était ce qu'elle recherchait. Grâce à un site dédié aux amitiés de lycée nous nous sommes recontactés plus d'une vingtaine d'années après cet épisode britannique. Elle avait un mari et quatre enfants.

Aucun ne s'appelait Napoléon ou Eugénie. Aucun n'avait mon prénom.

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires