Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 octobre 2021 4 14 /10 /octobre /2021 07:00

Tout récemment Nicolas est venu à Toulouse pour un passage éclair. Notre appartement étant trop petit pour le recevoir et souhaitant sans doute avoir ses aises il a loué un petit duplex en R B'n'B absolument superbe. Dans un immeuble très ancien du centre historique, à deux pas d'Esquirol, des Carmes, du Capitol et de la Daurade, un appartement magnifiquement restauré tout en gardant son charme et sa beauté historiques. Confortable et ingénieusement agencé.

L'immeuble lui-même est une splendeur du XVIII ème qui est offert aux regards lors des "Journées du Patrimoine", une fois par an. La disposition de la cour m'a fait me souvenir que j'y étais venu avec mon père il y a plus de quinze ans et qu'on y avait pris une ou deux photos sur l'escalier ancien.

Je ne sais pas pourquoi mais je me souvenais d'un manteau rouge que mon père aurait alors porté (mais mon père ne s'habillait qu'en couleurs passe-partout!) et d'un froid intense ce jour là.

J'ai retrouvé une des photos. La cour rappelle beaucoup celle dont je parlais mais je ne jurerais pas qu'il s'agit d'elle. Et c'est moi qui ai une doudoune rouge. Mémoire, mémoire.

Cette journée a d'ailleurs été marquée par le passé et ses traces. A l'aéroport, en attendant l'avion retardé de Nicolas j'ai longuement feuilleté une grosse revue sur les lieux historiques de France. On y voit surtout des peintures mais les photos sont plus parlantes parce qu'elles sont mises en perspective avec des clichés pris actuellement. La persistance de lieux chargés d'Histoire est génératrice d'émotions et favorise la réflexion.

J'adore les photos constituées d'un montage autrefois/maintenant, noir et blanc (ou sépia)/couleurs.

Dans les brocantes et chez les antiquaires je regarde parfois ces vieilles cartes postales en noir et blanc de la France d'autrefois. Tramways antiques, trains tractés par des locomotives à vapeur, présence envahissante des voitures sur des places depuis longtemps rendues aux piétons... la confrontation du présent et du passé dans un lieu unique est intéressante et parfois pleine de nostalgie.

Mon père et moi n'étions pas proches et ne l'avons jamais été. En voyant son emplacement "virtuel" dans la cour de l'immeuble de la rue des Changes j'aurais souhaité qu'il soit là, hologramme du passé. Un instant, juste un instant.

Mais, sur la photo, il tourne la tête et on ne voit pas sa figure. J'y vois comme un signe.

Partager cet article
Repost0

commentaires