Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 décembre 2021 2 21 /12 /décembre /2021 07:00
John Lennon est mort

En décembre 1980 je travaillais dans le quartier de la Madeleine (8ème arrondissement Parisien) dans une boîte qui dépendait du Groupe Usinor-Sacilor et qui vendait de l'acier de Lorraine et d'Allemagne. C'était mortellement ennuyeux et très mal payé. Malgré le statut de "cadre" on était infantilisé et la prime -si prime il y avait- allait au plus sage, au plus consensuel, au plus corporate comme on ne disait pas encore.

Seul aspect positif nous étions quatre recrutés à 6 mois d'intervalle dans la même tranche d'âge et sensiblement préoccupés des mêmes choses. Dans le désordre: les femmes, les voitures, le rock et le sport. C'est peu dire qu'on considérait le travail comme exclusivement alimentaire et que nous n'éprouvions guère d'intérêt pour les autres salariés de l'entreprise. Nous avions, je le reconnais, du mépris pour les "vieux" (30 ans!), leur cravate et leur attaché-case à code chiffré. Quant aux "supérieurs" (c'était le terme qu'ils employaient) nous les avions affublés de surnoms dérisoires en prenant soin qu'ils ne l'ignorent pas longtemps.

Qu'est-ce qu'on s'ennuyait! Je crois avoir passé là les heures les plus mortelles de ma vie professionnelle. Les déplacements en Sarre, en Lorraine, au Luxembourg et en Allemagne apportaient juste un peu de mouvement dans un océan d'insatisfaction.

Tout le monde nous ignorait et pensait que "ça nous passerait". Notre mauvais esprit nous desservait.

Un jour, le 8 décembre 1980, l'un de mes compagnons de chaîne m'a annoncé tout de go, sans préparation, que John Lennon était mort (premier traumatisme), assassiné (second choc) et à new York (...). Cette nouvelle nous donna à tous les quatre l'envie furieuse de laisser où elle était la sidérurgie et ses œuvres. En deux mot nous nos mîmes en grève illimitée séance tenante. 

Non que nous n'avions ramené le Beatle à lunettes à de justes proportions mais il s'agissait d'un héros, d'un mythe, d'un modèle . Un vrai. Oubliées les vaines années japonisantes, oublié l'arrêt de sa carrière pendant 5 ans, oubliés les flirts avec tout ce que l'extrême gauche compte d'illuminés... On avait révolvérisé nos 20 ans. Ni plus; ni moins.

Un chefaillon nous fut envoyé pour comprendre notre "agitation". Nous refusâmes de lui adresser la parole. Un chef avec galons lui succéda qui essaya la douceur et l'appel à la raison. Sans succès.

Je n'oublierais jamais sa sentence ahurie; "mais enfin, on n'arrête pas de travailler pour un chanteur". unanimement nous avions répondu que si.

On nous a retenu sur salaire l'après-midi chômé! Le deuil du compositeur de "Across the Universe", "God" et "Steel and glass" valait bien ça! 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Les bonnes feuilles du Poirier
  • : Le blog d'un Toulousain très critique sur l'actualité, et vachement calé en histoire en plus.
  • Contact

Stats

Visiteurs Uniques depuis le 22 Mars 2013
(18274 Visiteurs Uniques depuis sa création)

 

Il y a    personne(s) sur ce blog

 

Blog créé le 8 Décembre 2009

Pages