Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 janvier 2022 1 10 /01 /janvier /2022 07:00

On oublie trop que la photographie est un art à part entière. Comme pour la peinture la difficulté réside dans le moment crucial où le trait devient génial: comment le retrouver? Ainsi pensais-je en regardant les photographies sélectionnées de Jacques-Henri Lartigue qui fut un photographe inspiré bien que représentant d'une classe sociale élevée et peu sensible, surtout à son époque, à l'art pour l'art. Comment ne pas être touché par le blanc immaculé qu'on retrouve sur nombre de ses clichés et sur ceux de la tenniswoman Suzanne Lenglen en particulier? Longtemps ses modèles furent ses proches et sa famille. Aisée, celle-ci avait des loisirs rares tels les sports d'hiver (ski alpin, patinage...), le tennis etc. Harmonie du noir et blanc, cadrage, rendu du mouvement... Il a eu son premier appareil photo à sept ans et n'a cessé d'améliorer son art que son sens de l'observation et son talent naturel auraient suffit à distinguer.

D'autres photographes à la "griffe" reconnaissable se sont illustrés dans cet art récent (les premiers Daguerréotypes datent de 1839) qui permit aux artistes, en ajoutant un moyen de restituer tout en l'embellissant de sa réflexion, la réalité qu'il observait. Toutes les photos ne sont pas artistiques, loin de là, mais certaines peuvent l'être et ça change tout.

La technique a sa part de responsabilité, nul ne le contestera. Les règles de l'exposition, du temps de pose, de la luminosité et le mouvement ou, au contraire, l'immobilisme du photographe, la sensibilité de l'appareil, la qualité de l'objectif, l'utilisation de la couleur ou du noir et blanc, l'argentique ou le numérique et, enfin, la qualité intrinsèque de l'appareil utilisé pour la prise de vues participent de cette magie qu'est une photo immédiatement reconnue comme "belle". Car oui, on peut parler de magie tant ce témoin instantané d'un fait est aléatoire. Doisneau, Dieuzaide et tant d'autres (Cartier-Bresson) sont des artistes admirables.

Il arrive parfois qu'une photo soit "belle" alors que, du point de vue technique elle est "ratée". Chacun s'accorde à la reconnaître tout en ne niant pas ses défauts. C'est à ce moment précis que la photographie, comme la peinture, devient un art. Il y a d'ailleurs un "académisme" propre à l'art photographique que même un non-initié peut reconnaître d'un coup d’œil. C'est le syndrome de la "carte postale".

Notre époque a vulgarisé la photographie jusqu'à en faire un produit standard et jetable. Tout le monde prend des photos de tout et le côté "humoristique" ou "rare" a subverti les autres aspects. Parallèlement la qualité des appareils utilisés pour faire des photos (incluant les téléphones portables) s'élevant on retient plus l'anecdote que le sujet, en privilégiant la rapidité à la réflexion..

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Les bonnes feuilles du Poirier
  • : Le blog d'un Toulousain très critique sur l'actualité, et vachement calé en histoire en plus.
  • Contact

Stats

Visiteurs Uniques depuis le 22 Mars 2013
(18274 Visiteurs Uniques depuis sa création)

 

Il y a    personne(s) sur ce blog

 

Blog créé le 8 Décembre 2009

Pages