Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 avril 2022 5 22 /04 /avril /2022 07:00
Depardieu-Maigret

Faute de mieux je suis allé voir le "Maigret" de Patrice Leconte (2022) avec Gérard Depardieu dans le rôle titre et la toujours excellente Aurore Clément. Mise à part Elisabeth Bourgine qui fit quelques saisons en vedette dans les années 80, les autres comédiens et comédiennes ne m'étaient pas connus.

Librement adapté d'une histoire écrite par Georges Simenon "Maigret" est une histoire policière ultra-classique et très datée. Le film est une reconstitution extrêmement pointilleuse des années 50 et qui bénéficié à la fois d'un budget solide et des lumières d'une "script-girl" ou d'accessoiristes compétents: il ne manque rien et nous sommes plongés dans une époque qui semble déjà très lointaine.

La France dans laquelle se déroule l'action est à peine sortie de la guerre: tout y est gris, sale, triste. On roule en Peugeot 203 noire qui ressemble à un gros scarabée. Paris n'est pas encore redevenue "la ville lumière". Le pouvoir d'achat des Français est limité (il y a d'ailleurs peu à acheter) et la société est encore corsetée par une "morale" étouffante qui masque les disparités sociales.

Venons-en à Depardieu-Maigret. L'acteur n'est pas en cause qui semble s'être investi dans ce personnage qui, personnellement, m'ennuie profondément. La pipe, le caractère bourru tout cela est convenu et dépassé.  La silhouette de Gérard Depardieu est devenue telle qu'il n'est plus ni Maigret ni James Bond ni Julie Lescaut. Il est lui et uniquement lui. Avec son chapeau et son immense manteau (on pourrait en faire une tente 4 places) il m'a fait penser aux bonshommes volants de Folon (gonflé à l'hélium).

L'histoire racontée n'est pas très intéressante et l'audace de la raison du passage à l'acte bien dépassée. Cette reconstitution maniaque au service d'une histoire elle aussi dépassée est réussie si on en reste là. Dès lors qu'on espère attirer un autre public que celui qui regardait les Maigret de la télévision (Jean Richard puis Bruno Kremer) ou celui du cinéma (Jean Gabin a endossé trois fois l'imperméable du commissaire de police) je crains qu'on ait fait fausse route.

Il y a des centaines de films réellement tournés dans les années 50 pour qui veut se plonger dans ces années. Arte a diffusé récemment "Un témoin dans la ville" 'Edouard Molinaro 1959) avec Ventura autrement plus gouteux que ce "Maigret" décidément bien pâle.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Les bonnes feuilles du Poirier
  • : Le blog d'un Toulousain très critique sur l'actualité, et vachement calé en histoire en plus.
  • Contact

Stats

Visiteurs Uniques depuis le 22 Mars 2013
(18274 Visiteurs Uniques depuis sa création)

 

Il y a    personne(s) sur ce blog

 

Blog créé le 8 Décembre 2009

Pages