Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 juin 2022 4 16 /06 /juin /2022 07:00

Mes insomnies résistent aux cachets de plus en plus dosés et je me réveille (comprendre "je quitte le lit") aux alentours de 5H00 sans trouver la force de faire quoi que ce soit et en particulier lire. De ce fait je regarde en replay des programmes télévisés qui méritent, à priori, une réhabilitation sous forme de visionnage (presque) nocturne.

Ne voulant réveiller ma compagne je mets le son assez bas et perds -parfois- quelques dialogues ou commentaires selon ce que je regarde, un film ou un documentaire. Les oiseaux commencent tôt leur chahut dominé par les goélands dont les cris rappellent des pleurs d'enfants ou des rires sarcastiques.

J'ai ainsi, sur 2 jours visionné l'adaptation de Pascale Ferran de "l'amant de Lady Chatterley" de D.H Lawrence avec Marina Hands dans le rôle d'une Madame Bovary qui découvre l'existence par le biais d'une relation sexuelle libre avec son garde-chasse.

Cette histoire bien écrite et, ici, bien filmée, a scandalisée l'Angleterre puritaine à la publication du roman et de ses 3 versions. L'influence conjuguée de la Religion et de la "morale" de la Haute-Société britannique à la fin des années vingt (mille-neuf cent vingt-huit très exactement) était implacable avec les mésalliances, l'intangibilité des classes sociales et le sexe hors mariage comme le sexe libérateur. Si l'on ajoute que le mari-trompé est devenu infirme et impuissant la transgression fit bondir les ligues de vertu et apparentées.

Dans le film, qui magnifie la nature mais pas les corps ni leurs rapprochements, Lady Chatterley, interprétée par Marina Hands est naïve. On peut même la voir comme une oie-blanche, oisive, vaguement concernée par son époque. Elle n'aime ni déteste son mari. Elle passe ses journées à ne rien faire tout en admirant la beauté de la campagne et le passage des saisons.

Comme on le sait une "passion charnelle" va la lier avec le garde-chasse du domaine, un homme rude et peu-causant. Compte-tenu de l'époque pendant laquelle se situe l'action, Lady Chatterley prend de sérieux risques en se donnant sans retenue et en découvrant le plaisir physique.

Cela nous vaut quelques accouplements champêtres distrayants et des grognements qui m'ont fait baisser le son au point de prendre le risque d'en perdre le sens!

Nos deux héros s'émerveillent d'une éclosion d'oisillons puis passent aux choses sérieuses. Idem lorsque la pluie tombe drue: ils se dévêtent et joue à chat avant de pratiquer un jeu plus roboratif. Je m'attendais (presque) à entendre "toute la pluie tombe sur moi" ou la V.O "Raindrops keep falling over my head" mas ça avait déjà été fait!*

Est-ce Marina Hands qui a du mal à nous convaincre qu'elle peut incarner une femme à l'intelligence limitée? est-ce la redondance de copulations sans intérêt? la longueur du film? la faiblesse de l'histoire? le personnage caricatural du mari interprété par Hippolyte Girardot? le physique nature du garde-chasse? le film est sinon ennuyeux du moins un peu "longuet".

Et parfois ridicule comme la scène de décoration florale ou celle dans laquelle Lady Chatterley s'étonne des différences de volume du sexe de son amant avant et après leur... rapprochement.

Les toutes dernières minutes du film, qui voient les deux amants se dire un adieu définitif montrent une châtelaine bien moins bébête qu'on le pensait.  Se pourrait-il qu'elle nous ait trompés, nous aussi?.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Les bonnes feuilles du Poirier
  • : Le blog d'un Toulousain très critique sur l'actualité, et vachement calé en histoire en plus.
  • Contact

Stats

Visiteurs Uniques depuis le 22 Mars 2013
(18274 Visiteurs Uniques depuis sa création)

 

Il y a    personne(s) sur ce blog

 

Blog créé le 8 Décembre 2009

Pages